1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Livre sur Hollande : Copé y voit une "dégradation extrême" du rôle de président
1 min de lecture

Livre sur Hollande : Copé y voit une "dégradation extrême" du rôle de président

LE GRAND JURY - "Les propos qu’il tient sur (...) le fonctionnement de notre pays, alors qu’il en est en charge, est quelque chose d'extraordinairement grave" affirme le député-maire de Meaux, candidat à la primaire de la droite.

Jean-François Copé sur le plateau du Grand Jury d'RTL-LCI-Le Figaro le 16 octobre 2016
Jean-François Copé sur le plateau du Grand Jury d'RTL-LCI-Le Figaro le 16 octobre 2016
Crédit : Frederic BUKAJLO - SIPA PRESS pour RTL
Jean-François Copé invité du Grand Jury, le 16 octobre 2016 - Partie 1
26:56
Jean-François Copé invité du Grand Jury, le 16 octobre 2016 - Partie 2
27:10
Le Grand Jury du 16 octobre 2016
54:05
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Depuis sa publication le 12 octobre, le livre-confession de François Hollande Un président ne devrait pas dire ça, écrit par deux journalistes du Monde, déchaîne les passions autour de l'actuel président et du rôle présidentiel. De son côté, Jean-François Copé, invité du Grand Jury de RTL-LCI-Le Figaro de ce 16 septembre, dit vouloir jouer la carte de la prudence. "Nous avons payé très cher, en 2012, de sous-estimer François Hollande", lance-t-il.

Dans cet ouvrage, le président de la République écorche notamment la magistrature et tient des propos qui, selon Jean-François Copé, révèlent "l’état de dégradation extrême de la fonction présidentielle". Celui-ci considère, comme candidat à ce rôle, qu'un président de la République "n'est pas seulement un homme ou une femme", mais "une institution". "Les propos qu’il tient sur les magistrats, le fonctionnement de notre pays alors qu’il en est en charge, est quelque chose d'extraordinairement grave", affirme le maire de Meaux. 

Pas question pour autant de dire si, oui ou non, François Hollande doit se présenter comme candidat à sa propre succession. "La seule chose qui puisse empêcher un homme ou une femme d’être candidat, c’est s'il est dans une situation d'illégalité”, poursuit Jean-François Copé. Comme un clin d’œil à l'une de ses récentes sorties sur l'incompatibilité entre une mise en examen et une campagne présidentielle, qui ne fait pas, selon lui, allusion à Nicolas Sarkozy...

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/