2 min de lecture Confidentiels politique

Les Républicains : Valérie Pécresse continue d'avancer ses pions

CONFIDENTIELS RTL - Valérie Pécresse, présidente du mouvement "Libres !", sera bientôt à Antibes pour parler sécurité. La rivale de Laurent Wauquiez devrait sortir un nouveau "cahier" sur les prisons.

Les Confidentiels RTL
Les Républicains : Valérie Pécresse continue d'avancer ses pions
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : AFP / Éric Piermont
Voir la suite

Valérie Pécresse, fondatrice de "Libres !" et présidente de la région Île-de-France, fera bientôt son premier déplacement en tant que cheffe de parti (ou micro-parti) à Antibes, dans les Alpes-Maritimes, sur le thème de la sécurité.

Elle s'y rendra à l'invitation de l'un de ses soutiens, le député Éric Pauget, successeur de Jean Leonetti (vous savez, celui qui n'avait pas trop aimé que son premier discours comme président du conseil national de LR soit interrompu début janvier justement par l'entrée fracassante de Valérie Pécresse dans la salle). Valérie Pécresse devrait aussi aller soutenir Jean-Pierre Door, le 20 mars prochain à Montargis, dans l'entre-deux tours de la législative partielle qui aura lieu dans le Loiret.

Sur le fond, la présidente de la région Île-de-France veut aussi continuer à avancer quelques pions. Après un premier "cahier" sur les déserts médicaux - dont elle se félicite -, la principale rivale de Laurent Wauquiez au sein de sa famille politique devrait en sortir un deuxième, soit sur l'insertion professionnelle des jeunes, soit sur le sujet des prisons.

La justice est, en effet, selon son entourage, l'un des rares angles morts d'Emmanuel Macron sur le fond, avec la baisse dépenses de l'État, la laïcité ou encore la question des territoires.

La rumeur d'une candidature à Paris

Je vous parlais mardi 6 mars de la rumeur sur l'éventualité d'une candidature d'Édouard Philippe à Paris. La presse avait aussi fait d'état de la piste Pécresse pour représenter la droite. Ce que la principale intéressée dément, pour l'heure, sans l'exclure non plus catégoriquement.

Si dans l'entourage de l'ancienne ministre on prétend voir l'ombre de Laurent Wauquiez derrière cette nouvelle rumeur, certains, au conseil régional, émettent une autre hypothèse : dans l'attente des annonces d'Emmanuel Macron concernant la réforme territoriale du Grand Paris, le camp Pécresse aurait lui-même anticipé l'éventualité que le poste de président de région soit vidé de sa substance. Ce qui justifierait alors peut-être une candidature face à Anne Hidalgo.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés