2 min de lecture Assemblée nationale

Les Républicains se plaignent des pratiques du groupe REM à l'Assemblée

CONFIDENTIELS RTL - Dans les rangs de LR, on dénonce aussi l'arrogance supposée des ministres de la République En Marche.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
Les Républicains se plaignent des pratiques du groupe REM à l'Assemblée - Les Confidentiels RTL Crédit Image : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Loïc Farge

L'heure et demie de retard du ministre de l'Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, lundi 23 octobre en séance, a suscité nombre de commentaires. Figurez-vous que les exemples ne manquent pas dans le même genre.

Un député Les Républicains racontait mercredi 25 octobre que le jour de leur premier passage devant la commission des Finances pour la présentation du budget, les trois locataires de Bercy - Bruno Le MaireGérald Darmanin et le secrétaire d'État Benjamin Griveaux - ont commencé par aller se restaurer dans une salle de l'Assemblée nationale, alors que les membres de la commission les attendaient. Ils ont pris finalement tellement de retard que le président de la commission, Éric Woerth, a fini par perdre patience et a dû venir les chercher.

Par ailleurs, Éric Woerth peste en privé sur l'autoritarisme de la nouvelle majorité au Palais Bourbon. "Il faut une autorisation pour prendre la parole, une autorisation pour déposer un amendement. Pasqua l'avait rêvé, Macron l'a fait !", balance l'ancien ministre.

Les dangers d'un "parlement Darty"

Le député Les Républicains, Aurélien Pradié, élu dans le Lot, a, lui, carrément écrit au président de l'Assemblée nationale en début de semaine pour se plaindre des pratiques du groupe majoritaire. Dans une lettre datée du 24 octobre, le néo-député s'étonne d'un article du règlement intérieur du groupe La République En Marche, qui précise que ses "députés (...) ne doivent signer aucun amendement ou proposition de loi ou de résolution issus d'un autre groupe parlementaire", sous peine de sanction.

À lire aussi
Une danseuse du Ballet de l'Opéra de Paris, au musée d'Orsay le 9 octobre 2019 pour le spectacle "Degas Danse". réforme des retraites
Réforme des retraites : ces professions méconnues qui bénéficient de régimes spéciaux

Aurélien Pradié estime qu'il s'agit là d'une atteinte au droit constitutionnel des députés. Il parle même de "violation de la liberté de conscience" des parlementaires. "L'Assemblée nationale n'est pas la cour du Roi", dit-il, avant de mettre en garde contre les dangers d'un "parlement Darty" qui serait "chargé de faire le service après-vente du président de la République".

Réponse mercredi soir en "off" du bureau du Président : il n'y a vraiment pas de sujet, les groupes sont libres de leur règlement intérieur, d'ailleurs le PS avait la même règle. C'était bien la peine d'être aussi grandiloquent !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Polémique Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants