1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les Républicains : Pécresse "ne se laissera pas dicter son agenda" par Bertrand
2 min de lecture

Les Républicains : Pécresse "ne se laissera pas dicter son agenda" par Bertrand

CONFIDENTIELS RTL - En dézinguant Les Républicains dans la presse, Xavier Bertrand s'est attiré les foudres de certains des membres du parti.

Xavier Bertrand et Valérie Pécresse en septembre 2011
Xavier Bertrand et Valérie Pécresse en septembre 2011
Crédit : AFP
Pauline de Saint-Rémy : Valérie Pécresse "ne se laissera pas dicter son agenda"
02:45
Les Républicains : Valérie Pécresse "ne se laissera pas dicter son agenda"
02:50
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Xavier Bertrand a annoncé dans les colonnes du Journal du dimanche (daté 25 juin) qu'il ne briguerait pas la présidence des Républicains, un petit peu à la surprise générale. Cela faisait des semaines que le président de la région Hauts-de-France laissait lui-même courir le bruit de son éventuelle candidature face à Laurent Wauquiez. Pas plus tard que le mercredi 21 juin à l'Assemblée nationale, il a évoqué l'hypothèse devant une dizaine de ses soutiens réunis au Palais Bourbon. Il leur avait même donné rendez-vous le 5 juillet prochain pour en reparler. La petite réunion est d'ailleurs toujours prévue. Commentaire de Xavier Bertrand à ce sujet dimanche soir : "Ce rendez-vous n'était pas destiné à leur annoncer ma décision mais à parler de la suite".

La suite justement. Si Laurent Wauquiez est élu à la tête des Républicains cet automne - ce qui n'est pas fait, confie Xavier Bertrand en privé - elle se jouera à l'extérieur du parti dans son idée. Là dessus, Xavier Bertrand reste assez énigmatique mais laisse entrevoir quelques pistes. Il a observé avec beaucoup de bienveillance - c'est le moins qu'on puisse dire - la tentative avortée d'une poignée de députés de constituer un troisième groupe à l'Assemblée (droite ni "radicalisée", ni "ralliée à Macron", selon ses termes). Un groupe qui, s'il était né, se serait appelé "la droite et le centre libres".

Troisième voie ?

Si l’initiative a échoué à l'Assemblée pour l'heure, Xavier Bertrand, qui est toujours à la tête d'un think-tank appelé "La Manufacture", n'a pas complètement enterré l'idée de lancer un nouveau mouvement sur ce positionnement. C'est ce à quoi le pousse notamment Hervé Morin, le président du conseil régional de Normandie. Avec Valérie Pécresse, ils ont abordé le sujet la semaine dernière à la suite d'un dîner des présidents de région, organisé par Philippe Richert. Xavier Bertrand y faisait lui-même allusion dans son interview au JDD : "Il y a une place pour une troisième voie, une nouvelle opposition libre, qui s’oppose et qui propose". "Libres" : l'un de noms envisagés sérieusement pour ce nouveau parti de droite.

En tout cas, Xavier Bertrand ne s’est pas fait que des amis en dézinguant LR dans la presse. Du côté de chez Valérie Pécresse - dont il juge, dans l'interview, qu'elle serait une bonne candidate à la présidence du parti -, on confie hors micro que la présidente de la région Île-de-France ne se "laissera pas dicter son agenda".

À lire aussi

Lui assure avoir reçu de nombreux messages de soutien. Et notamment de la part de candidats battus aux législatives. Mais dans l'ensemble, c'est peu dire que les cadres du parti n'ont pas tellement apprécié l'initiative. "Cette interview déborde de prétention", lâchait dimanche soir un baron du parti.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/