1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les Républicains : "La guerre n'est pas terminée à droite", juge Alba Ventura
2 min de lecture

Les Républicains : "La guerre n'est pas terminée à droite", juge Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - On s'attendait à un règlement de comptes sanglant au bureau politique des Républicains. Finalement, aucun des élus Macron-compatibles n'a été exclu. Beaucoup de bruit pour rien.

L'élection du président des Républicains se déroulera les 10 et 17 décembre 2017.
L'élection du président des Républicains se déroulera les 10 et 17 décembre 2017.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Les Républicains : "La guerre n'est pas terminée à droite", juge Alba Ventura
02:44
Les Républicains : "La guerre n'est pas terminée à droite", juge Alba Ventura
02:51
Alba Ventura & Loïc Farge

L'éventuelle exclusion de leur parti des six responsables LR ayant rejoint le gouvernement ou affichant leur proximité avec Emmanuel Macron sera instruite par une commission spéciale, a décidé mardi 11 juillet le bureau politique des Républicains. Cela ne veut pas dire que la guerre à droite est finie. Disons qu'on étouffe les divisions pour ne pas trop se donner en spectacle. Du coup, le bureau politique a fait "pschitt". Et pourtant, selon certains, on allait voir ce qu'on allait voir. Les convocations en vue de procédure disciplinaire avaient été envoyées, le tribunal était près à sévir, les traîtres auraient leur tête au bout des piques...

Résultat : tout le monde reste à la maison, même fâché. Les Macron-compatibles sont seulement suspendus de leurs fonctions. On verra plus tard à la rentrée. Franchement, tout cela est ridicule. Rappelons que lors du discours de politique générale d'Édouard Philippe, 75 députés Les Républicains sur 100 se sont abstenus. Les deux-tiers des députés LR se réclamant donc de l'opposition n'ont pas voté contre.

Et chez les "Constructifs", sur vingt-trois députés, quinze se sont abstenus. Autrement dit, les deux-tiers n'ont pas voté pour. Ces résultats disent tout de l'état de décomposition de la droite, de l'état de fragilité des Républicains, d'un parti qui ne sait plus où il habite, qui a perdu ses repères. Un parti qui d'accord avec le rétablissement du jour de carence, avec la simplification administrative, avec la réforme de l'ISF, celle du Code du travail, tout ce qu'il avait l'intention de faire quand il était au pouvoir, mais un parti qui, plutôt que de prendre le temps de réfléchir, de parler avec ses militants, de se demander ce que veut dire "être de droite" aujourd'hui, préfère s'écharper et se précipiter dans un congrès, alors que les cendres de la défaite sont encore chaudes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/