1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les Républicains : Virginie Calmels dément avoir songé à démissionner

Les Républicains : Virginie Calmels dément avoir songé à démissionner

CONFIDENTIELS RTL - La première adjointe d'Alain Juppé a désavoué les propos du président des Républicains sur la gestion de la ville de Bordeaux. Une sortie qui la fragilise encore un peu plus au sein du parti.

Virginie Calmels, la première adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux
Virginie Calmels, la première adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux
Crédit : SIPA
Les Républicains : Virginie Calmels dément avoir songé à démissionner
02:28
Les Confidentiels RTL du 02 mars 2018
02:50
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
Journaliste

Virginie Calmels est tiraillée entre Alain Juppé et Laurent Wauquiez. Après huit jours de quasi disparition médiatique, elle a fini par désavouer les propos de ce dernier sur la gestion des finances de la ville de Bordeaux. Mais ce geste d'apaisement tardif envers Alain Juppé, dont elle est la première adjointe à la mairie de Bordeaux, n'a pas manqué d'aggraver son cas au près de l'équipe dirigeante des Républicains

Les poids lourds de la droite ne digèrent pas d'être monté au front pendant l'affaire Laurent Wauquiez tandis qu'elle prenait officiellement des vacances. Certains vont même jusqu'à affirmer que Virginie Calmels, qui a annulé ses interventions médiatiques après la révélation des enregistrements, aurait songé à quitter ses fonctions au sein du parti.

Si elle n'est plus juppéiste, elle perd toute sa valeur

Un proche d'Alain Juppé

Une position qu'elle dément ouvertement, selon nos informations. "Première nouvelle", a-t-elle ironisé. Une chose est sûre, cette ex-patronne d'Endemol ambitionne toujours d'être tête de liste Les Républicains aux élections européennes. Mais au siège, peu de personnes croient désormais à ce scénario. 

L'adjointe d'Alain Juppé va d'ailleurs publier un livre le 14 mars prochain, selon les informations du Point. Elle reviendra notamment sur la campagne ratée de son mentor et réglera ses comptes avec le premier cercle de l'ancien candidat à la primaire comme Édouard Philippe et Gilles Boyer. "Si elle n'est plus juppéiste, elle perd toute sa valeur, elle est rationnelle et pas seulement fidèle", expliquait l'un d'eux afin de justifier cette récente "pacification" avec le maire de Bordeaux. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/