1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les Républicains : Bruno Retailleau joue l'amabilité face à Laurent Wauquiez
1 min de lecture

Les Républicains : Bruno Retailleau joue l'amabilité face à Laurent Wauquiez

CONFIDENTIELS RTL - Le successeur de François Fillon à la tête de Force Républicaine ménage le candidat à la présidence des Républicains.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat
Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat
Crédit : AFP / Loïc Venance
Les Républicains : Bruno Retailleau joue l'amabilité face à Laurent Wauquiez
03:25
Les Républicains : Bruno Retailleau joue l'amabilité face à Laurent Wauquiez
03:20
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Depuis que Bruno Retailleau a officiellement succédé à François Fillon à la tête de Force Républicaine, il y a un peu plus d'une semaine, on assure avoir gagné 2.000 adhésions. Selon les chiffres officiels, le micro-parti pourrait compter au total sur le soutien de quelque 17.000 adhérents environ.

Le président du groupe Les Républicains au Sénat aurait donc le vent en poupe. Il devrait être présent, vendredi 1er décembre au soir, à Sautron, près de Nantes, en Loire-Atlantique, où Laurent Wauquiez tiendra une réunion publique. À dix jours exactement du premier tour de l'élection à la présidence des Républicains, il n'annoncera pas de soutien à proprement parler au favori. Mais il devrait se montrer plutôt aimable à l'endroit de son ex-homologue de la région Auvergne-Rhône-Alpes, dont il ne dit pas que du mal en privé. Loin de là.

"Sa force c'est d'avoir compris que la politique ne se résume pas à l'économie". Voilà pour les compliments. Quant aux critiques, elles sont émises tout en nuances et touchent surtout à la forme : "Il a un verbe un peu haut et un peu pointu (...) Il a besoin de s'astreindre à une pédagogie, à une forme de générosité (...) Il doit montrer qu'au-delà de son destin personnel il peut envisager un destin collectif".
 
Réponse méfiante d'un lieutenant de Laurent Wauquiez à propos de Bruno Retailleau : "Lui, il a bien des ambitions nationales, quoi qu'il en dise. Sinon il n'aurait pas renoncé à la présidence de sa région pour garder celle du groupe Les Républicains au Sénat".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/