1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Avec Wauquiez, on ne peut pas dire que la droite a un chef", note Alba Ventura
3 min de lecture

"Avec Wauquiez, on ne peut pas dire que la droite a un chef", note Alba Ventura

ÉDITO - Pour la journaliste, le président d'Auvergne-Rhône-Alpes, élu haut la main à la tête des Républicains, ne pèse que le poids des militants.

Laurent Wauquiez, le 10 décembre 2017, après son élection à la tête des Républicains
Laurent Wauquiez, le 10 décembre 2017, après son élection à la tête des Républicains
Crédit : AFP / Jacques Demarthon
"Avec Wauquiez, on ne peut pas dire que la droite a un chef", note Alba Ventura
00:02:59
Les Républicains : "Avec Laurent Wauquiez, on ne peut pas dire que la droite a un chef", note Alba Ventura
00:03:11
Alba Ventura & Loïc Farge

Laurent Wauquiez, nouveau patron des Républicains. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été élu dès le premier tour, dimanche 10 décembre, avec plus de 74% des suffrages. C'est une victoire sans appel. Il fait un plus gros score avec plus de participation que ce qui était prévu. Cela prouve qu'il a avec lui la base des Républicains. Avec tout ce qu'a traversé la droite ces dernières années - et notamment ces derniers mois avec les deux défaites à la présidentielle et aux législatives, les divisions, l'absence de leadership, près de 100.000 adhérents qui se déplacent -, ce n'est pas ridicule.

Maintenant, rappelons quand même qu'il n'y avait pas vraiment de suspense dans le fait qu'il soit élu. Et heureusement que Laurent Wauquiez, plusieurs fois ministre, membres de la direction, l'emporte dès le premier tour. Ses deux adversaires, Florence Portelli et Maël de Calan, même s'ils ont mené une campagne vigoureuse, ne faisaient pas le poids en vérité. Laurent Wauquiez avait une longueur d’avance. Il était favori depuis le début. Il était le "favori" des militants.

Laurent Wauquiez a gagné une casquette

Immédiatement après sa victoire, Wauquiez a déclaré : "Ce soir, nous pouvons dire que la droite est de retour". Ça, c'est un slogan. Mais non, on ne peut pas encore dire que la droite est de retour. On peut dire que Les Républicains se sont choisis un chef, mais on ne peut pas dire que la droite a un chef. Laurent Wauquiez a gagné une casquette. Mais qu'est-ce qu'elle pèse, cette casquette ? Pas grand-chose aujourd'hui. Il a certes le poids des militants, mais pas des sympathisants de droite, ni des Français.

Ce qui va être intéressant de regarder, c'est comment Laurent Wauquiez construit la suite, comment il construit le "rassemblement". Et ça c'est un vrai défi. Parce qu'ils sont nombreux ceux qui veulent son échec. Quand vous voyez que dimanche 10 décembre au soir le seul message que Xavier Bertrand a publié au moment des résultats, s'adressait aux sauveteurs en mer de sa région venus à la rescousse du ferry échoué. Quand vous voyez que Christian Estrosi a, lui, tweeté dans la soirée un message de félicitations à l'équipe de foot de l'OGC Nice. Ou encore quand vous voyez que Valérie Pécresse, elle, n'a même pas pris la peine de diffuser le moindre message.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Et je vous passe le silence d'Alain Juppé, l'absence de François Fillon et la discrétion de Nicolas Sarkozy. Sans parler des centristes de l'UDI ou des Radicaux qui ne veulent pas entendre parler de lui, vous vous dites que le rassemblement, ce n'est pas gagné.

Laurent Wauquiez doit faire avancer la brouette

Au-delà de réussir le rassemblement, Laurent Wauquiez doit se faire entendre. Vous connaissez l'image de la brouette et des grenouilles ? C'est l’image que l'on colle généralement aux centristes (c'était une trouvaille de François Bayrou) pour expliquer que chez les centristes, on passait son temps à essayer de récupérer les grenouilles qui sautaient hors de la brouette. Si vous voulez, on ne peut pas à la fois faire avancer la brouette et rattraper les grenouilles qui s'échappent.

Cela veut dire que Laurent Wauquiez aura d'abord intérêt à faire avancer la brouette en interne - en réinventant un nouveau parti, plus ouvert, plus moderne, soucieux de ses différences - et en externe - c'est-à-dire en reparlant, en faisant des propositions, en se faisant de nouveau entendre par l'électorat populaire. Qui sait, le rassemblement sera peut-être au bout du chemin ?

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/