1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. FN : les premiers pas hésitants des députés frontistes au Palais-Bourbon

FN : les premiers pas hésitants des députés frontistes au Palais-Bourbon

Aucun parlementaire FN n'a pris la parole dans l'hémicycle après le discours de politique générale d'Édouard Philippe, ni la veille au Congrès de Versailles.

Les députés frontistes à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2017
Les députés frontistes à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2017
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Clarisse Martin
Journaliste

Cela fait trois semaines que huit députés Front national (FN) ont fait leur entrée à l'Assemblée nationale. Autant dire peu de temps pour se familiariser avec les règles du Palais-Bourbon, même si l'un d'entre eux, Gilbert Collard, siégeait déjà dans l'hémicycle lors de la précédente législature.

Marine Le Pen l'avait promis au lendemain de la proclamation des résultats de l'élection présidentielle. Le parti frontiste représenterait la seule opposition valable à la politique d'Emmanuel Macron.

Mais un peu plus d'un mois après ces promesses, les députés frontistes peinent à faire valoir leurs arguments, raconte Le Monde. Lors de l'allocution du président de la République devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles le 3 juillet, pas plus que le lendemain lors du prononcer du discours de politique générale d'Édouard Philippe à l'Assemblée nationale, les députés frontistes n'ont pris la parole pour donner leur sentiment. Cité par le quotidien du soir, l'un de ces parlementaires met ce silence sur le compte du règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

Une méconnaissance des règles de l'Assemblée nationale

"Les non-inscrits n'ont pas de temps de parole, il me semble", déclare-t-il au Monde. Si en effet les députés frontistes n'atteignent pas le nombre de 15, nécessaire pour constituer un groupe parlementaire, ils disposent néanmoins d'un droit de parole de cinq minutes, comme tous les élus non-inscrits. Ces derniers doivent s'inscrire sur une liste d'orateurs. C'est ainsi le premier nom couché sur la liste qui aura la possibilité de s'adresser à ses homologues parlementaires. "La première force d'opposition" incarnée par le Front national, aux dires de Marine Le Pen, n'est pas encore d'actualité. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/