1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Les mignons" de Florian Philippot : à quoi Jean-Marie Le Pen fait-il référence ?
2 min de lecture

"Les mignons" de Florian Philippot : à quoi Jean-Marie Le Pen fait-il référence ?

Dans une interview accordée à "RTL", le fondateur du Front national accuse le vice-président du parti de "placer ses hommes, ses mignons". Une référence historique aux favoris du souverain.

Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen, le 1er juillet 2014
Florian Philippot et Jean-Marie Le Pen, le 1er juillet 2014
Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP
Romain Renner
Romain Renner

"On n'a pas forcément raison quand on est un jeune con". Cette attaque directe proférée par Jean-Marie Le Pen à l'encontre de Florian Philippot au micro de RTL n'est pas la seule critique du fondateur du Front national envers le vice-président du parti. L'eurodéputé accuse également Florian Philippot de "placer ses hommes" dans les hautes sphères du Front national, des personnes auxquelles il attribue le qualificatif de "mignons".

Le - toujours - président d'honneur du FN réalise là une référence historique, le "mignon" s'apparentant au favori du souverain, de la fin du XVème siècle jusqu'au XVIIème siècle. Plusieurs rois de France tels que François Ier, Henri II et Henri III se sont entourés d'une cour de "mignons". Le concept trouve même un équivalent au Royaume-Uni, où apparaît le terme de minion, qui se traduit par "serviteur", "favori" ou "laquais". L'expression est d'autant plus connue qu'elle désigne des personnages de fiction apparus dans le film Moi, moche et méchant. Ces derniers représentent d'ailleurs parfaitement le mot qui les désigne puisqu'ils sont des serviteurs fidèles et entièrement dévoués.

Une expression péjorative

Le "mignon" est avant tout un intime du roi. Il est d'ailleurs autorisé à dormir dans la même chambre que lui. Le qualificatif finit toutefois par devenir péjoratif durant le règne d'Henri III. La coquetterie excessive des "mignons" - ils portent notamment des boucles d'oreilles et de la dentelle - leur vaut des accusations d'homosexualité. L'ambassadeur de Savoie, René de Lucinge, évoque "un vrai sérail de toute lubricité et paillardise, une école de sodomie". L'idée est largement diffusée par les opposants d'Henri III.

Le chroniqueur Pierre de l'Estoile l'explique dans son Journal : "Les mignons paraissent fort odieux au peuple, tant pour leurs façons de faire (...) que pour leurs fards et accoutrements efféminés et impudiques. (...) Ces beaux mignons portent leurs cheveux longuets, frisés et refrisés par artifices, remontant par-dessus leurs petits bonnets de velours, comme font les putains du bordel (...) leurs exercices sont de jouer, blasphémer, sauter, danser (...) et suivre le roi partout et en toutes compagnies, ne rien faire, ne rien dire que pour lui plaire ; peu soucieux, en effet, de Dieu et de la vertu, se contenant d'être en bonne grâce de leur maître qu'ils craignent et honorent plus que Dieu".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.