3 min de lecture Guerre

Les leaders du G20 divisés sur la guerre en Syrie

Les leaders des pays du G20 sont entrés jeudi à Saint-Pétersbourg de plain-pied dans la crise syrienne, mais n'ont pu que constater leurs divisions sur une éventuelle intervention militaire.

Les leaders du G20 divisés sur la question de la guerre en Syrie.
Les leaders du G20 divisés sur la question de la guerre en Syrie. Crédit : DIMITAR DILKOFF / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les divergences notables des différents dirigeants au sein du G20 sur la guerre en Syrie sont cristallisées autour des tensions entre Barack Obama et Vladimir Poutine.

Un échange entre leaders

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta, lui même hostile à toute intervention armée, a déclaré sur twitter que le dîner avait "confirmé les divisions à propos de la Syrie".

Ce repas a été une tribune pour aborder la crise syrienne, source de très vives tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Russie depuis plusieurs jours, Moscou soutenant Damas et s'opposant à l'option militaire américaine.

Dès l'ouverture officielle du sommet jeudi après-midi sous les ors du palais de Constantin, Poutine avait proposé que cette guerre soit abordée au dîner de travail du G20. Fait inhabituel car l'enceinte est habituellement consacrée aux problèmes économiques, cette fois totalement écrasés par le dossier syrien.
Les dirigeants qui se sont exprimés l'ont fait à tour de rôle pour exposer leur position, "l'objet étant un échange entre les grands leaders du monde et non de se mettre d'accord".

En attente du 9 septembre

À lire aussi
La tombe d'un soldat français (illustration) hommage
Monument aux morts en Opex : pourquoi il est important, selon Olivier Bost

Depuis plusieurs jours la crispation entre Etats-Unis et Russie va croissant, avec menaces d'escalade militaire et rebuffades diplomatiques, et ce malgré la cordialité forcée de la poignée de main officielle à Saint-Pétersbourg.
Jeudi, trois navires de guerre russes ont franchi le détroit turc du Bosphore pour se rendre près des côtes syriennes.

A Saint-Pétersbourg, lors d'une rencontre avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, Obama a déclaré jeudi que les leaders mondiaux réunis devraient "admettre que l'utilisation d'armes chimiques en Syrie n'était pas seulement une tragédie mais aussi une violation du droit international qui devait être réglée".
Le président français François Hollande, également partisan d'une intervention, s'est notamment entretenu avec le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, aussi favorable à l'option militaire et dont les troupes se renforcent à la frontière syrienne, selon les médias turcs.

L'autre verrou onusien à une opération militaire, la Chine, a fait savoir jeudi que, selon elle, "la situation actuelle montre que la solution politique est la seule voie" possible pour régler la crise.
La tension monte à mesure qu'approche le 9 septembre, date officielle de la rentrée des parlementaires américains qui seront appelés à se prononcer pour ou contre des frappes américaines.

Depuis Saint-Pétersbourg, Barack Obama continuait jeudi à exercer une pression sur les élus pour obtenir leur soutien, mais la partie s'annonçait serrée, à tel point que le président a annulé un déplacement prévu lundi pour défendre politiquement l'intervention.

Un accord difficile

Ce même 9 septembre, le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem sera chez son allié russe, à Moscou.
Le Premier ministre britannique David Cameron a affirmé avoir de nouvelles preuves de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.
Mais Obama ne peut compter dans son bras de fer sur des alliés européens unis, puisque seul François Hollande est aujourd'hui prêt à frapper Damas.

L'Allemagne, notamment, pense que "cette guerre doit prendre fin et cela ne se fera que politiquement", selon la chancelière Angela Merkel qui assure que "l'Allemagne ne s'associera en aucun cas à une action militaire".
Les leaders européens tentaient jeudi d'accorder leurs violons. Merkel a rendu une visite impromptue à Hollande.
Peu avant le dîner, les représentants des cinq pays européens présents (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et Espagne) se sont réunis avec ceux de l'UE, pour tenter de trouver une position commune, selon une source française.

Et les dirigeants européens ont aussi eu un aparté avec Barack Obama dans la salle du dîner, juste avant de prendre place.
Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'UE vont se réunir vendredi et samedi à Vilnius pour tenter de trouver une position commune.
Dans ce contexte lourd de menaces, l'Onu et la Vatican tentent de peser en faveur de la paix.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guerre Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants