2 min de lecture Farc

Les Farc diffusent la preuve de vie d'un ex-soldat américain

La guérilla des Farc a diffusé, en guise de preuve de vie, un entretien présumé avec l'ancien militaire américain, séquestré depuis le 20 juin dernier en Colombie.

Des FARCS en Colombie en juin dernier.
Des FARCS en Colombie en juin dernier. Crédit : AFP/LUIS ROBAYO Archives
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Une preuve de vie de Kevin Scott a été publiée par la guérilla des Farc ce lundi 8 octobre. Ils présentent ainsi un entretien présumé avec l'ancien militaire américain, séquestré depuis le 20 juin dernier en Colombie. Ils réclament à nouveau aux autorités une mission humanitaire pour le libérer.

Intitulé "conversations avec Kevin Scott"
, qui est décrit comme un homme "bon" et "ingénu", l'entretien, dont la date n'est pas précisée, a été diffusé par la rébellion marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Des modalités de libération compliqués

"Je profite de mon temps ici dans la jungle, dommage que vous me disiez que je ne vais pas pouvoir rester ici", déclare l'ancien Marine, cité par la guérilla qui affirme détenir un enregistrement de ses propos.

Présenté comme un touriste par l'ambassade américaine en Colombie, l'ex-militaire confie que l'hôtel où il séjournait l'avait averti sur le "danger" de se rendre dans la région du Guaviare (sud), où il a été capturé par les Farc. "Je voulais y aller, et c'est ce que j'ai fait", ajoute-t-il. La rébellion, qui a ouvert depuis près d'un an des négociations de paix avec le gouvernement colombien, a proposé de le libérer mais elle s'oppose avec le président Juan Manuel Santos sur les modalités de l'opération.

Une guérilla de 8 000 combattants

Les Farc ont réclamé la médiation d'une ancienne sénatrice d'opposition Piedad Cordoba puis celle du révérend américain Jesse Jackson, alors que le chef de l'Etat n'a jusqu'ici autorisé que le Comité international de la Croix Rouge (CICR) à aller récupérer l'ancien soldat dans la jungle. "Nous continuons d'attendre que le président autorise les protocoles nécessaires de sécurité pour que la mission humanitaire ait la voie libre", a encore souligné la rébellion.

À lire aussi
Plus de 200 personnes ont perdu la ville à Mocoa Colombie
Après une coulée de boue meurtrière en Colombie, les Farc proposent leur aide

Principale guérilla du pays avec encore 8.000 combattants selon les autorités, les Farc avaient renoncé publiquement aux enlèvements de civils au début du processus de négociations de paix, se réservant le droit de capturer des soldats considérés par elles comme des prisonniers de guerre. En 50 ans, le conflit colombien, mêlant guérillas, milices paramilitaires d'extrême droite et bandes criminelles liées notamment au trafic de drogue, a fait plusieurs centaines de milliers de morts et plus de 4 millions de déplacés, selon des chiffres officiels.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Farc Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants