1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les éleveurs accusent les industriels de ne pas avoir joué le jeu
1 min de lecture

Les éleveurs accusent les industriels de ne pas avoir joué le jeu

Un accord avait été obtenu pour augmenter le prix de la viande bovine en juin dernier mais quatre mois plus tard, les agriculteurs reprochent aux industriels de ne pas avoir respecté leur promesses contrairement à la grande distribution.

Les agriculteurs accusent l'industrie de ne pas avoir respecté ses engagement sur la hausse des prix de la viande.
Les agriculteurs accusent l'industrie de ne pas avoir respecté ses engagement sur la hausse des prix de la viande.
Crédit : AFP / MYCHELE DANIAU
Les éleveurs entrent en guerre avec l'industriel Jean-Paul Bigard.
02:24
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Le prix de la viande continue d'inquiéter les éleveurs et la viande rouge elle-même a été classée au côté de la charcuterie comme produit cancérogène par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Autant dire que le monde de l'élevage est bousculé, toujours touché par une crise particulièrement inquiétante.


En juin dernier, un accord avait été obtenu à l'arraché sur une hausse des prix de la viande bovine. Quatre mois après, les éleveurs constatent que la grande distribution a joué le jeu en augmentant ses prix d'achats, mais pas les industriels qui ont augmenté leur marge. Le kilo de carcasse est en ce moment autour de 3,65 euros par exemple, en juin, l'objectif était pourtant d'atteindre 4,50 euros.

Le groupe Bigard dans le collimateur

Un industriel est particulièrement visé par la grogne des agriculteur : Jean-Paul Bigard, à la tête du leader de secteur. Alors qu'il représente 40 % du marché de viande bovine en France, il refuse de participer aux négociations.

Jean-Pierre Fleury, représentant des éleveurs : "C'est un comportement indigne, il est dans le mépris le plus complet vis à vis des éleveurs, des autres industriels et de la filière en général." Les agriculteurs menacent donc Bigard de boycotter ses produits et sensibiliser les consommateurs à ce problème. "Il veut la guerre, il va l'avoir", prévient le porte-voix des éleveurs.

À lire aussi

Stéphane Le Foll a proposé dans la soirée une contractualisation pour éviter la volatilité des prix. L'idée c'est de faire signer des contrats entre éleveurs, industriels et grande distribution, qui intègrent des volumes et des prix d'achat sur les animaux sur une ou plusieurs années. Cela donne beaucoup plus de visibilité aux éleveurs, notamment sur leurs revenus, même si les cours évoluent à la baisse.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/