1 min de lecture François Hollande

"Les dernières années de mandats présidentiels sont toujours mélancoliques et pénibles", explique Alain Duhamel

REPLAY - La dernière année du mandat de François Hollande commence ce vendredi 6 mai.

Alain Duhamel L'Edito d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
"Les dernières années de mandats présidentiels sont toujours mélancoliques et pénibles", explique Alain Duhamel Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : Alain Duhamel | Durée : | Date : La page de l'émission
Alain Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

La dernière année du mandat de François Hollande commence ce vendredi 6 mai. Historiquement, les fins de mandats se passent toujours mal. "Les dernières années de mandats présidentiels, quels que soient les mandats - de cinq ans ou de sept ans, qu'ils soient premier mandat ou deuxième mandat, qu'ils se terminent par une victoire ou qu'ils se terminent par une défaite - sont toujours mélancoliques et pénibles", prévient Alain Duhamel.

Ainsi pour le général de Gaulle ça a été "l'apprentissage de l'ingratitude. Il pensait être un monument historique et il a été contesté". Valéry Giscard-d'Estaing "a été populaire presque jusqu'à la fin de son mandat, sauf la dernière année, qui était l'apprentissage du désamour". De son côté, François Mitterrand a terminé son premier mandat sur une période de cohabitation et l'année 1988 a été "l'année la plus dure en politique, et la plus violente de toute l'histoire de la Ve République." Même scénario pour Jacques Chirac : "Cohabitation, impuissance et il a bien pensé être battu presque jusqu'au bout. Et crève-coeur à la fin du deuxième mandat, puisqu'il laissait la place à Nicolas Sarkozy ce qui pour lui était l'horreur absolue." Quant à ce dernier, il s'est débattu tout au long de sa dernière année de mandat pour se faire réélire, en vain.

L'impuissance des présidents sortants

Autre constat de l'éditorialiste : à part le général de Gaulle, qui a lancé une grande réforme en 1969, avant de perdre la présidentielle, aucun autre président en fin de mandat n'a pu mener à bien de grands projets réformateurs. En revanche, les monarques républicains ont pu distribuer des cadeaux électoraux, surtout le général de Gaulle quand il a voulu sortir de la crise de 1968. Une distribution inutile. Par la suite, ce procédé a été plus rare, faute de moyens. Mais François Hollande, lui, s'y essaie ces-derniers temps. Seulement, s'il en abuse, "tout le monde verra ça comme un geste pré-électoral, ses adversaires le souligneront et les Français n'y croiront pas".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Mandat Élection présidentielle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783126520
"Les dernières années de mandats présidentiels sont toujours mélancoliques et pénibles", explique Alain Duhamel
"Les dernières années de mandats présidentiels sont toujours mélancoliques et pénibles", explique Alain Duhamel
REPLAY - La dernière année du mandat de François Hollande commence ce vendredi 6 mai.
https://www.rtl.fr/actu/politique/les-dernieres-annees-de-mandats-presidentiels-sont-toujours-melancoliques-et-penibles-explique-alain-duhamel-7783126520
2016-05-06 19:23:08
https://cdn-media.rtl.fr/cache/I1W1G4e4ccL6GonXmyhJNw/330v220-2/online/image/2014/0422/7771346747_alain-duhamel.jpg