2 min de lecture Bobigny

"Les casseurs ne venaient pas uniquement de Bobigny", estime le maire

INVITÉ RTL - Stéphane de Paoli, le maire UDI de Bobigny revient sur les incidents qui ont éclaté dans sa commune samedi 11 février.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"Les casseurs ne venaient pas uniquement de Bobigny", estime le maire Crédit Image : Gregoire HOZAN / AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Carcasses de voitures calcinées et vitrines explosées. "Ça va chiffrer très fort", a déclaré Stéphane de Paoli au lendemain des violences qui ont éclaté à Bobigny, samedi 11 février. "Il y a une manifestation pacifique et ça se termine comme ça", a déploré le maire, faisant référence au rassemblement de soutien à Théo, le jeune homme violemment agressé par des policiers lors de son interpellation. Après avoir procédé à des jets de projectiles en direction des forces de l'ordre, les "casseurs" ont incendié quatre voitures, dont un camion technique de la radio RTL. Au total, 37 personnes ont été interpellées.

Il est encore trop tôt pour évaluer financièrement le coût des dégâts. "Il y a encore des séquelles, on est en train de panser les plaies", explique ce lundi 13 février Stéphane de Paoli. Le nettoyage de la ville a commencé dès 7h30 dimanche et s'est poursuivi jusque tard dans la soirée.

La gare routière a été prise pour cible. "Deux Franprix ont été dévalisés, un MacDonald's également", poursuit le maire de la ville. Beaucoup d'incidents ont également eu lieu sur la voirie. "Des pavés ont été retirés, tout comme des panneaux de signalétique et des feux rouges", raconte Stéphane de Paoli.

"Ce n'était pas une manifestation agressive"

Stéphane de Paoli
Partager la citation

Le maire de la vielle tient à dissocier la manifestation, pacifique, aux incidents provoqués par des casseurs. "Je peux vous dire que la manifestation rassemblait 2.000 personnes, qui elles étaient très calmes. Il y a avait des familles présentes, ce n'était pas une manifestation agressive", souligne l'édile. 
 
"Ce que je regrette, c'est que des voyous soient venus par la suite". Selon lui, les "casseurs" ne venaient pas uniquement de Bobigny. "Ils venaient de toutes parts. Ils sont arrivés par le métro, le tram. J'ai reçu des appels disant que ce n'était pas des Balbyniens". Malgré tous ces débordements, le maire l'assure, il ne fallait pas interdire cette "manifestation pour la justice". 
 
Concernant la réparation des dégâts, Stéphane de Paoli espère "une aide de l'État, pour les habitants et les commerçants" touchés par ces dégradations. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bobigny Seine-Saint-Denis Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants