2 min de lecture Emmanuel Macron

Législatives : Emmanuel Macron laisse la porte ouverte à d'éventuels ténors

REPLAY - RTL - Les sujets du jour : Législatives : Emmanuel Macron laisse la porte ouverte à d'éventuels ténors ; Journée mondiale de la fibromyalgie.

Les auditeurs ont la parole - Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
Législatives : Emmanuel Macron laisse la porte ouverte à d'éventuels ténors Crédit Image : MIGUEL MEDINA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Durée : | Date :
La page de l'émission
AFP et Vincent Parizot

Emmanuel Macron a pour l'instant ménagé des ténors de droite et de gauche en n'investissant hier aucun candidat pour les législatives dans quelque 150 circonscriptions, mais a fortement contrarié son allié François Bayrou qui espérait davantage de candidatures MoDem. 

Après avoir adopté une ligne dure en promettant d'aligner un représentant dans chacune des 577 circonscriptions, le nouveau président de la République a temporisé jeudi en ne dévoilant que 428 noms, à huit jours de la fin du dépôt légal des candidatures. 

C'est évidemment la lecture en creux de cette liste qui a focalisé l'attention et notamment les blancs laissés face à des responsables LR comme Bruno Le Maire, ou l'ancien Premier ministre Manuel Valls, façon de laisser la porte ouverte dans le premier cas et de faire un compromis dans le second. 

Mais le président du MoDem François Bayrou a fait une toute autre analyse de cette liste et prévenu qu'elle n'avait pas "l'assentiment" de son parti, qui avait conclu un accord avec En marche ! dont les termes n'ont pas été rendus publics. 

"Je convoque le bureau politique du MoDem vendredi soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente", a-t-il déclaré.  

Des proches du président élu ont tenté de déminer ces critiques. "Ce qu'il se passe c'est qu'il considère qu'il n'a pas été assez servi, c'est tout", a expliqué un premier, pour qui "Bayrou est un homme politique madré, il veut faire monter les enchères". 

Le secrétaire général de La République en Marche !, Richard Ferrand, a assuré qu'il pourrait y avoir des places dans les 150 circonscriptions restantes. 

Pour Manuel Valls, qui avait annoncé briguer l'investiture La République En marche ! cette semaine, le parti du président élu a trouvé une forme de compromis. 

Le député PS de l'Essonne n'a certes pas rempli les critères requis ayant "déjà fait trois mandats de parlementaire", mais, a expliqué Richard Ferrand, le parti ne veut "pas donner l'impression d'humilier" l'ancien premier ministre et ne lui opposera pas de candidat. 
                   
Le sort des 148 autres circonscriptions vacantes devrait être réglé avant mercredi prochain, a ajouté Richard Ferrand en affirmant que le parti souhaitait que "puisse être maintenu vivant un espace permettant la recomposition du paysage politique". 

En clair, il s'agit de laisser une option aux parlementaires PS et LR jugés compatibles avec le projet d'Emmanuel Macron, qui cherche une majorité à l'Assemblée nationale pour faire passer ses réformes.  

 

À lire aussi
Le Sénat, le 9 juillet 2018. politique
Le Sénat rejette le budget de la Sécurité sociale et dénonce le "mépris" de Macron

Emmanuel Macron devrait-il nommer un 1er ministre de droite ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.
 

Emmanuel Macron devrait-il nommer un 1er ministre de droite ?
Nombre de votes : 7746 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Élections législatives Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants