2 min de lecture Assemblée nationale

Législatives : 55 députés pourraient remettre leur siège en jeu

Le Conseil constitutionnel va se prononcer d'ici octobre sur la liste des députés dont l'élection pourrait être annulée par un recours. Parmi lesquels se trouvent un certain Manuel Valls ou encore Danielle Obono.

Manuel Valls figure parmi ces 55 députés
Manuel Valls figure parmi ces 55 députés Crédit : Michel Euler / POOL / AFP
Benjamin Pietrapiana

Des élections impliquent vainqueurs, perdants, tricheurs et mauvais perdants. Derrière chaque résultat contesté, se cachent toujours au moins deux d'entre eux. À combiner selon les cas. Le Conseil constitutionnel a reçu au lendemain du second tour des élections législatives une liste de 297 recours visant à invalider des résultats du scrutin.

Selon les Sages, 55 cas méritent encore une attention particulière. Aujourd'hui députés, demain, certains devront peut-être se soumettre de nouveau au suffrage universel lors d'élections partielles, comme le relève BFMTV.

Ces recours concernent tous les partis, quoique proportionnellement à la répartition de l'Assemblée nationale. Avec 26 recours, La République en Marche est naturellement le parti le plus ciblé, suivi des Républicains (18), du Parti socialiste (2), du Parti communiste (2) de la La France insoumise (2), 2 députés non inscrits et un élu du Modem. 

Manuel Valls, Danielle Obono, M'jid El Guerrab...

Et si les élections législatives du mois de juin ont été l'occasion d'un grand remplacement et d'une arrivée massive d'anonymes au Palais Bourbon, certains des députés concernés par ces recours sont loin d'être inconnus du grand public. On retrouve parmi eux, l'ancien premier ministre Manuel Valls, la députée FN Emmanuelle Ménard ou la parlementaire controversée de la France insoumise Danielle Obono

À lire aussi
Brune Poirson à l'Assemblée nationale le 9 décembre 2019 assemblée nationale
Fin du plastique à usage unique : pourquoi faudra-t-il attendre 20 ans ?

Le député soupçonné d'avoir agressé le socialiste Boris Faure à coups de casque de scooter, M'jid El Guerrab, figure aussi sur cette liste, aux côtés de Gilles Carrez, ancien président de la commission des finances de l'Assemblée nationale, ou encore de Boris Vallaud, ex-secrétaire général adjoint de l’Élysée. Marine Brenier, ancienne présidente des Jeunes Républicains, aujourd’hui député du groupe Les Constructifs, est aussi concernée.

Le siège de Benjamin Griveaux, de la 5e circonscription de Paris, fait aussi l'objet d'un recours. Mais c'est sa suppléante Élise Fajgeles qui risque gros : Benjamin Griveaux, lui, a été nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Politique Parlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants