2 min de lecture Législatives 2017

Mélenchon sur RTL : "Il faut remplacer le PS, il faut une alternative"

INVITÉ RTL - Le leader de la France insoumise se pose en alternative au Parti socialiste, et espère mener l'opposition à l'Assemblée nationale.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-Luc Mélenchon était l'invité de RTL Crédit Image : Frédéric Bukajlo / Sipa Press / RTL | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
et Elizabeth Martichoux

Avec 11,02% des suffrages exprimés, La France insoumise est la première formation de gauche du premier tour des élections législatives. Elle devance très nettement le Parti socialiste, relégué à seulement 7,44%. De quoi satisfaire Jean-Luc Mélenchon qui, mardi 13 juin au micro de RTL, se félicite de voir que "le remplacement est en cours".

"Le PS est une structure disqualifiée par les électeurs, pas par moi. Je sais ce que j'en pense et je sais pourquoi je l'ai quitté en 2008. Mais il ne suffit pas qu'il soit disqualifié. Il faut le remplacer. Il faut qu'il y ait une force alternative qui soit là et capable de cristalliser", explique-t-il tout en prévenant qu'une transformation manquée peut mettre en péril la gauche. "Je connais des pays où il n'y a plus du tout d'alternative. C'est le cas en Italie où il y a une espèce de chose macroniste qui est au pouvoir", prévient-il.

S'il dit ne pas avoir "d'inimitié personnelle" avec les socialistes, Jean-Luc Mélenchon n'exprime ainsi pas d’états d’âme à imaginer une disparition du parti. "Je me pose la question de savoir comment les idées peuvent vivre. Ce qui compte dans l'idéal socialiste, c'est sa continuité et comment il peut traverser le temps et se renouveler en cours de route. C'est cet homme-là que je veux être", expose-t-il en citant Jaurès en exemple. "Le sujet, c'est l'Histoire, la représentation politique de la jeunesse et des milieux populaires. C'est ça que je veux incarner", poursuit-il.

Mélenchon soutient 4 députés socialistes frondeurs

En toute logique, La France insoumise n'est pas disposée à soutenir des candidats du Parti socialiste au second tour des législatives. L'eurodéputé balaie ainsi d'un revers de main l'appel à la "réciprocité" de Julien Dray qui a émis sur CNews le souhait de voir les militants "insoumis" voter pour les socialistes dans les circonscriptions où ils n'ont plus de représentant. "M.Dray n'a aucune raison de m'interpeller", tonne l'ex-candidat à la présidentielle. Ainsi, dans la 18e circonscription de Paris opposant désormais Myriam El Khomri à Pierre-Yves Bournazel (LR), qui se revendiquent tous deux de la future majorité présidentielle, "il ne peut pas être question" pour Jean-Luc Mélenchon d'appeler à voter pour l'ancienne ministre. "Nous avons combattu Mme El Khomri de toutes les façons possibles. Elle-même a proposé de faire un front uni à la droite contre nous", dit-il.

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne. Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

La France Insoumise fait toutefois une petite exception à sa règle vis-à-vis du PS. "J'appelle à voter pour les députés du PS qui ont signé la motion de censure. Il y en a quatre en tout et pour tout dans tout le pays (encore en lice au second tour, ndlr)", annonce Jean-Luc Mélenchon, citant notamment Barbara Romagnan (Doubs) et Régis Juanico (Loire). Christian Paul (Nièvre) et Yann Galut (Cher) sont les deux autres socialistes dans ce cas à pouvoir encore défendre leur mandat. 

Retrouvez tous les candidats aux élections législatives dans notre moteur de résultats. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Jean-Luc Mélenchon Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants