2 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : investi par le FN malgré des propos antisémites et islamophobes

La réputation sulfureuse de Samuel Potier n'a pas empêché son investiture dans la 10e circonscription de Loire-Atlantique sous les couleurs du Front national.

Des militants Front national (image d'illustration)
Des militants Front national (image d'illustration) Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
Emeline Le Naour

L'argument devait finir par convaincre les plus sceptiques. La dédiabolisation du parti voulue par Marine Le Pen s'accompagnerait de l'exclusion des moutons noirs, symboles de la vieille garde de son père. "Chaque fois qu'il y a eu des propos pas admissibles, la personne a été exclue et sanctionnée", arguait encore la candidate du Front national sur le plateau de France 2 le 16 mars dernier. Et pourtant.

À sept jours du premier tour du scrutin présidentiel et alors que les regards se tournent désormais vers la bataille d'après : les législatives, il semblerait que l'assainissement des rangs du FN connaisse encore quelques ratés. À l'image de l'investiture de Samuel Potier, fin mars en Loire-Atlantique, comme l'a repéré Le Figaro. Ce cadre régional du FN de 43 ans, désormais candidat aux législatives dans la 10e circonscription du département, est connu pour avoir tenu sur les réseaux sociaux, et à de nombreuses reprises, des propos islamophobes et antisémites

L'islam comparée à une truie

Tête de liste régionale du parti en 2015, Samuel Potier s'était illustré à l'époque en s'attaquant via Twitter au CRIF, (Conseil représentatif des institutions juives de France) comme le rappelle Le Figaro. Après un tweet de l'association disant : "Les juifs de France sont chez eux partout, et les antisémites ne sont chez eux nulle part", Samuel Potier y avait répondu en postant un hashtag qui laissait peu de place au doute :  #jesuispartout. Faisant ainsi référence au nom d'un journal collaborationniste et antisémite durant l'occupation nazie.

En septembre 2015, c'est Le Lab qui avait exhumé des messages islamophobes, depuis effacés de son compte Twitter. Les contenus comparaient l'islam à une truie aux pis de laquelle viennent se nourrir Daesh, le Hamas ou al-Qaïda. D'autres images assimilaient les femmes voilées à des dindes ou encore les musulmans à des assassins. Du côté du Front national, on s'étonne de ce passé numérique sulfureux. Jean-Lin Lacapelle, en charge des investitures des législatives pour le Front national a assuré au Figaro, qu'il n'avait jusqu'à présent, jamais eu vents des propos tenus par Samuel Potier. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Loire-Atlantique Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants