3 min de lecture Élections législatives

Législatives 2017 : Duflot profiterait de l'accord Hamon-Jadot, le PS agacé

L'ancienne ministre du Logement aurait obtenu une investiture dans la 6e circonscription de Paris en vue des législatives de juin prochain, au détriment d'une autre candidate investie par le PS en décembre dernier.

Cécile Duflot, le 17 juillet 2012
Cécile Duflot, le 17 juillet 2012 Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
104761573555224952563
Clémence Bauduin
Journaliste

Les dommages collatéraux de l'accord Hamon-Jadot : épisode un. Depuis que les deux hommes ont décidé de se rapprocher pour gonfler la candidature de Benoît Hamon, les Verts et le PS ont décidé qu'une quarantaine de circonscriptions seraient réservées aux écologistes pour les élections législatives qui se dérouleront au mois de juin. Parmi les noms des élus EELV figure celui de Cécile Duflot, qui briguerait ainsi la 6e circonscription de Paris, où elle a été élue - sous les critiques - en 2012. Mais sa nouvelle candidature, sous l'étiquette Verts-PS, évincerait celle de Nawel Oumer, conseillère de Paris investie par le PS en décembre dernier pour cette même circonscription. La nouvelle donnerait aux socialistes parisiens le sentiment d'avoir été trompés sur la teneur de l'accord Hamon-Jadot, comme l'explique France Info

La décision aurait été prise au nom du "rassemblement", explique le site d'informations, mais elle ne plaît sûrement pas à Anne Hidalgo. La maire de Paris avait vivement critiqué ce parachutage de l'ancienne patronne des Verts en 2012. Ainsi cette investiture de Cécile Duflot apparaît comme une forme d'insolence de la part de l'ancienne patronne d'EELV (2006-2012), d'autant plus que la 6e circonscription est considérée comme l'une des plus importantes pour la gauche.

Pour l'instant, Nawel Oumer ne lâche rien

Nawel Oumer, investie en décembre, a réagi à la nouvelle dans un tweet mesuré, dans lequel elle se dit "sereine et déterminée". Selon des informations recueillies par France Info auprès des proches de la conseillère de Paris, celle-ci, toujours investie par le PS, n'a pour l'heure pas abandonné sa campagne. Le site affirme qu'"un conseil national pourrait être convoqué après le 17 mars", jour de clôture des parrainages en vue de la présidentielle.

À lire aussi
L'Assemblée nationale (image d'illustration) Les Républicains
Législatives : 75 députés LR s'opposent à l'introduction d'une dose de proportionnelle

Dans les deux cas, que le conseil national du PS confirme l'accord avec les Verts et désinvestisse Nawel Oumer, ou qu'il soutienne l'investiture de sa candidate et se heurte au mécontentement des Verts, il y aura péril en la demeure de l'alliance PS-EELV. Nawel Oumer, elle, "ira jusqu'au bout, quitte à partir en dissidence", selon l'un de ses proches. "Elle était prête à faire campagne contre Cécile Duflot. Mais il est vrai que les conditions changent aujourd'hui", croit savoir un autre.

Un accord "asymétrique" qui agace les socialistes

"La décision d'investir Duflot crée incontestablement un émoi. Je ne peux pas empêcher les camarades sur le terrain de faire la campagne s'ils le souhaitent", a déclaré Emmanuel Grégoire, patron de la fédération PS de Paris, à France Info. Cette attitude ravive l'animosité de certains élus PS à l'égard de l'ancienne ministre, frondeuse parmi les frondeurs. "Elle a eu une attitude très dure face au gouvernement, ce qui est mal passé auprès des militants. Elle a fait de la rupture avec le PS sa stratégie de campagne. On trouve un peu fort de café qu'elle nous demande à présent de la sauver", affirme une source bien renseignée sur le dossier.

France Info ajoute par ailleurs que l’accord Hamon-Jadot est "asymétrique" et joue largement en la faveur des Verts, qui "se réservent la possibilité de présenter des candidats ailleurs, face aux socialistes investis", en dehors des quelque quarante circonscriptions qui leurs sont concédées. Ainsi, le porte-parole des Verts, Julien Bayou, envisagerait par exemple de se présenter dans la 5e circonscription de Paris malgré la présence de la candidate socialiste Seybah Dagoma. Dans les rangs d'Anne Hidalgo, le message est claire : "On aurait préféré qu'il n'y ait pas d'accord", lance un proche d'Anne Hidalgo. Le 23 février, Benoît Hamon aurait appelé personnellement Anne Hidalgo, "hyper énervée", pour tenter de calmer le jeu, mais celle-ci "n’a pas voulu prendre la responsabilité de l’échec de l’accord", selon les informations de France Info.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections législatives Cécile Duflot Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787419779
Législatives 2017 : Duflot profiterait de l'accord Hamon-Jadot, le PS agacé
Législatives 2017 : Duflot profiterait de l'accord Hamon-Jadot, le PS agacé
L'ancienne ministre du Logement aurait obtenu une investiture dans la 6e circonscription de Paris en vue des législatives de juin prochain, au détriment d'une autre candidate investie par le PS en décembre dernier.
https://www.rtl.fr/actu/politique/legislatives-2017-duflot-profite-de-l-accord-hamon-jadot-le-ps-agace-7787419779
2017-02-25 16:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mwPrsdoVdXWtupQDs2cMog/330v220-2/online/image/2016/1118/7785855501_cecile-duflot-le-17-juillet-2012.jpg