2 min de lecture Législatives 2017

Législatives 2017 : ce que vous ignorez sur l'Assemblée nationale

MOI PRÉSIDENT - De nombreuses anecdotes ont émaillé l'histoire de la République entre les murs du palais Bourbon.

micro generique Moi Président Benjamin Sportouch
>
Législatives 2017 : ce que vous ignorez sur l'Assemblée nationale Crédit Image : BOHAC YANN/SIPA | Crédit Média : Benjamin Sportouch | Durée : | Date : La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Ludovic Galtier

À la veille du second tour des élections législatives, gros plan sur l'histoire de l'Assemblée Nationale. Au moment où l'on parle de diminuer le nombre de députés, il fut un temps où il y avait beaucoup plus que 577 députés. C'était en 1848, sous la IIe République. Denis Jeambar, journaliste pour l'hebdomadaire, Le 1, explique : "On a eu jusqu'à 880 élus, puis 600 etc. Le général de Gaulle a ramené ça, et on en a aujourd'hui 577. Donc, il y a de la place à la fois pour en mettre plus, mais peut-être aussi pour en mettre moins."

Il a par ailleurs beaucoup été dit que la précédente majorité avait inventé les députés "frondeurs". Pourtant, ce n'est pas une nouveauté. L'historien Jean Garrigues nous rafraîchit la mémoire. "Il y avait déjà des frondeurs du temps du général de Gaulle : ceux qui ont voté pour Jacques Chaban-Delmas contre la volonté du général de Gaulle à la présidence de l'Assemblée, ceux qui étaient favorables à l'Algérie française et qui systématiquement critiquaient la politique d'indépendance menée par le général de Gaulle. Tout ça a fait beaucoup de dégâts dans cette majorité."

À l'Assemblée, les débats homériques sont fréquents. Cela a notamment été le cas, lors du débat sur la loi de Simone Veil mettant en débat l'interruption volontaire de grossesse. Elle fut alors l'objet des pires avanies, se souvient Jean Garrigues. "Il y a eu un député de la majorité, médecin par ailleurs, qui a produit un fœtus dans un bocal à l'intérieur de l'Hémicycle. C'était quelque chose de très violent."

Le kir créé à l'Assemblée

Heureusement, l'Assemblée nationale dispose de lieux où la tension peut redescendre, notamment sa buvette. Elle a été créée en 1797 par un limonadier du nom de Jacob. C'est aussi là qu'est né un apéritif très apprécié des Français, comme le signale Denis Jeambar. "Dans les années 1950, il y a eu un parlementaire très célèbre, le chanoine Félix Kir. À la buvette, il a créé ce fameux kir."

À lire aussi
Des bulletins de vote dans une urne. Guyane
Législative partielle en Guyane : le candidat REM devance son adversaire LFI

Plus sérieusement, l'Assemblée est le lieu de l'art oratoire. Surtout le jour du discours de politique générale du Premier ministre. Édouard Philippe s'y frottera le 4 juillet. Le plus connu est celui sur la nouvelle société de Jacques Chaban-Delmas. Il ne fut toutefois pas du goût de tout le monde. L'historien Jean Garrigues raconte. "Le président de la République, Georges Pompidou, considérait que c'était un discours de président et que Jacques Chaban-Delmas n'avait pas à outrepasser ses fonctions." Georges Pompidou dira même de Chaban-Delmas : "Il me casse les pieds avec la nouvelle société, j'ai déjà assez à faire avec l'ancienne."

Pour retrouver tous les scores du premier tour des élections législatives circonscription par circonscription, rendez-vous sur notre moteur de résultats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants