2 min de lecture UMP

Législative dans le Doubs : le "ni-ni" s'impose dans la douleur à l'UMP

L'UMP a finalement opté pour le "ni-ni" contre l'avis de Nicolas Sarkozy, qui appelait à faire barrage au FN, mis en minorité.

Nicolas Sarkozy à Paris, le 8 décembre 2014.
Nicolas Sarkozy à Paris, le 8 décembre 2014. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
et AFP

Tout devait être réglé en une heure. Il aura finalement fallu plus de deux heures de discussions pour parvenir à une position officielle. Au terme d'un bureau politique marathon marqué par des débats intenses, l'UMP a finalement opté mardi soir de justesse pour le ni-ni (ni PS, ni FN) à la législative partielle du Doubs. 

Le parti d'opposition renoue ainsi avec la doctrine édictée par Nicolas Sarkozy en 2011 et maintenue par Jean-François Copé de 2012 à 2014. Fait marquant de ces deux heures et demie de huis clos, Nicolas Sarkozy a été mis en minorité alors qu'il plaidait pour un texte appelant à faire barrage au FN.

La motion du "ni-ni" a été adoptée par 22 voix contre 19 au texte du président de l'UMP, qui appelait les électeurs de la 4e circonscription du Doubs à "voter soit socialiste, soit blanc" ou "à s'abstenir". Dans un communiqué publié dans la soirée, l'UMP a donc appelé "tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à exprimer leur double opposition en votant blanc ou en s'abstenant", ce qui revient bel et bien au ni-ni défendu depuis 2011 par le parti. 

Sarkozy prêt à voter PS pour faire barrage au FN

L'entourage de Nicolas Sarkozy a précisé à l'AFP que les deux textes (le ni-ni d'une part, et un "texte plus nuancé" d'autre part) étaient présentés par l'ancien chef de l'Etat qui n'a pas participé au vote. Pendant les 2h30 de débat, il a exprimé sa préférence pour le second texte, marquant une évolution personnelle vers un barrage contre le FN quitte à voter PS, selon un participant.

À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

"Nicolas Sarkozy a été courageux. Il a défendu une position qui n'était pas celle qu'il préconisait jusqu'alors (le ni-ni) pour maintenir l'unité du parti en rappelant que l'UMP était l'union de la droite et du centre", position défendue par Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Pierre Raffarin notamment, a souligné un autre participant.

Juppé marque sa différence

Parmi les tenants du ni-ni qui se sont exprimés au BP figuraient Laurent Wauquiez, numéro trois du parti, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, ancien président de l'UMP, Eric Woerth, Luc Chatel, Bruno Le Maire et Hervé Mariton. François Fillon était absent du bureau politique

De son côté Alain Juppé, sans attendre la position officielle, avait estimé sur son blog qu'il fallait faire barrage au FN. Une position qu'il a réaffirmé sur le plateau du 20h de France 2, tout en soulignant qu'il ne croyait pas "à l'explosion de l'UMP". "Nous sommes d'accord pour faire barrage au FN (...) Il n'est pas question de faire alliance avec le PS", a-t-il notamment déclaré.

Au risque d'être mis en minorité au sein de sa propre famille, Nicolas Sarkozy aura eu le mérite de faire exister le débat par son inflexion. Une fois n'est pas coutume, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a salué mardi soir une "avancée républicaine" dans le fait que l'ancien chef de l'État appelle à dire non au FN.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Doubs Législatives
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7776455079
Législative dans le Doubs : le "ni-ni" s'impose dans la douleur à l'UMP
Législative dans le Doubs : le "ni-ni" s'impose dans la douleur à l'UMP
L'UMP a finalement opté pour le "ni-ni" contre l'avis de Nicolas Sarkozy, qui appelait à faire barrage au FN, mis en minorité.
https://www.rtl.fr/actu/politique/legislative-partielle-dans-le-doubs-l-ump-appelle-a-ne-voter-ni-pour-le-ps-ni-pour-le-fn-contre-l-avis-de-nicolas-sarkozy-7776455079
2015-02-03 20:43:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/jPifTRIl3ehK-pAH5qABAA/330v220-2/online/image/2014/1216/7775913416_nicolas-sarkozy-a-paris-le-8-decembre-2014.jpg