1 min de lecture Terrorisme

Le terroriste présumé d'ultra-droite s'est vu proposer un poste au FN en mars

Un cadre du parti de Marine Le Pen voulait confier à l'individu la tête d'une section locale du Front national jeunesse.

Marine Le Pen en meeting le 27 avril 2017 à Nice.
Marine Le Pen en meeting le 27 avril 2017 à Nice. Crédit : Valery HACHE / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Logan N. a été arrêté le 28 juin dernier à Tarascon dans les Bouches-du-Rhône et mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Il aurait été à la tête d'un groupe de neuf hommes et une femme, arrêtés mardi 17 octobre, qui projetaient des attentats contre des responsables politiques et des lieux de culte musulmans. Parmi leurs cibles : Jean-Luc Mélenchon ou encore Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, coupables à leurs yeux d'être trop complaisants avec l'immigration et l'Islam.

Durant son parcours, Logan.N en a côtoyé des politiques. Il est passé dans plusieurs mouvements avant de se faire interpeller. Déjà chez les royalistes de l'Action française, mais aussi au Front national, relate Le Monde.

"Au détour d’une cérémonie de commémoration des 'martyrs' de l’Algérie française au cimetière de Marignane, en mars, un cadre frontiste tente de le débaucher à travers un ami commun. Il aimerait lui confier la section locale du FNJ, la branche 'jeunesse' du parti frontiste", détaille le quotidien du soir.

À lire aussi
Des soldats et soignants de l'hôpital de Negombo au Sri Lanka, récupèrent les victimes de l'attentat terrorisme
Attentats au Sri Lanka : ce que l'on sait des victimes

"Il refuse de saluer des électeurs d'origine maghrébine"

Mais Logan.N refuse le poste, rapporte Le Monde. Cela ne l'empêche pas de s'engager dans la campagne présidentielle de Marine Le Pen, puis celle des législatives en soutenant Jean-Lin Lacapelle, le candidat FN dans la 12e circonscription des Bouches-du-Rhône. Le soir du premier tour, Logan.N est assesseur dans le bureau de vote de Vitrolles, raconte Le Monde. "Il refuse de saluer la plupart des électeurs d'origine maghrébine", souligne le quotidien. Quelques jours plus tard il est arrêté par la police, qui le soupçonne de préparer une action violente.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Front national Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790573950
Le terroriste présumé d'ultra-droite s'est vu proposer un poste au FN en mars
Le terroriste présumé d'ultra-droite s'est vu proposer un poste au FN en mars
Un cadre du parti de Marine Le Pen voulait confier à l'individu la tête d'une section locale du Front national jeunesse.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-terroriste-presume-d-ultra-droite-s-est-vu-proposer-un-poste-au-fn-en-mars-7790573950
2017-10-18 14:30:34
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JT0fJofocmXN1myFycjJmQ/330v220-2/online/image/2017/0723/7789454615_marine-le-pen-en-meeting-le-27-avril-2017-a-nice.jpg