2 min de lecture Jean-François Copé

"Le sursaut français" : ce que propose Jean-François Copé dans son livre de retour

Dans son livre intitulé "Le sursaut français", dont la publication aura lieu le 20 janvier prochain, Jean-François Copé fait un certain nombre de propositions qui marquent son retour en politique.

Jean-François Copé, le 3 novembre 2015
Jean-François Copé, le 3 novembre 2015 Crédit : AFP
Julien Quelen
Julien Quelen
et AFP

Jean-François Copé, qui avait démissionné de la présidence de l'UMP (désormais Les Républicains) au mois de juin 2014, n'avait plus refait surface depuis 18 mois. L'ancien ministre brisera son silence dans les prochains jours, puisqu'il sera notamment sur Le divan de Marc-Olivier Fogiel sur France 3, le 19 janvier prochain. Avant cela, le député de Seine-et-Marne occupera le devant de la scène médiatique dès jeudi, en Une du magazine Valeurs actuelles pour la promotion de son livre intitulé "Le sursaut français", publié le 20 janvier prochain aux éditions Stock.

Dans les bonnes feuilles de l'ouvrage, publiées par l'hebdomadaire, Jean-François Copé propose un certain nombre de mesures en réponse aux problématiques actuelles du pays. Parmi les plus notables, l'ancien secrétaire général de l'UMP propose notamment d'établir un "concordat avec l'islam". Ce traité permettrait selon lui de définitivement régler "la question de la légitimité de l'islam en France" et "fixerait ses droits et ses devoirs envers la République". 

Des propositions pour l'emploi

Dans son libre de 350 pages (commercialisé au prix de 20 euros), Jean-François Copé revient également sur l'emploi en France et l'éternel débat sur les 35 heures. Le maire de Meaux plaide ainsi en faveur d'un "retour aux 39 heures dans la fonction publique" à travers un "référendum d'entreprise" afin de "régler sans drame le problème lancinant des 35 heures". 

En parallèle, l'homme de 51 ans propose également la "création d'une forme de numéro de Siret pour chacun dès son entrée sur le marché du travail". Ainsi, chaque citoyen posséderait, à ses 16 ans, un numéro (à l'image du numéro de sécurité sociale) qui permettrait "sans formalités bureaucratiques harassantes, d'être rémunéré pour des activités en parallèle d'un emploi salarié ou d'être un travailleur indépendant". 

Quid de 2017 ?

À lire aussi
Jean-François Copé (LR) a été élu à Meaux (Seine-et-Marne) avec 76,35% des voix. Jean-François Copé
Écologie : "Les Verts n'ont plus l'exclusivité", estime Jean-François Copé sur RTL

S'il revient également sur son départ houleux du parti désormais dirigé par Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé assure qu'il "ne se pose absolument pas la question", aujourd'hui, d'une éventuelle candidature en vue de la primaire de la droite qui interviendra au mois de novembre prochain. Cependant, l'ancien ministre, qui affirme "avoir pu remettre de l'ordre dans ses idées", en a déjà certaines concernant l'avenir électoral. 

"Mon intuition est qu'en 2017, en France, le coup de l'homme providentiel qui va tout régler par la seule magie d'un slogan et de quelques propositions bien ordonnées, ça ne marchera pas (...) Faire de la politique autrement, c'est  aussi rompre avec la politique de communication pour faire de la politique de fond", écrit-il dans son livre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-François Copé Retour Les Républicains
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants