1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le sénateur Roger Karoutchi pourrait briguer la présidence des Républicains
2 min de lecture

Le sénateur Roger Karoutchi pourrait briguer la présidence des Républicains

Le sénateur des Hauts-de-Seine dit se lancer dans la bataille pour la direction du parti face à Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez.

Le sénateur Roger Karoutchi (LR), le 13 février 2016 à Paris
Le sénateur Roger Karoutchi (LR), le 13 février 2016 à Paris
Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Ambre Deharo
Ambre Deharo

La guerre continue de faire rage chez Les Républicains, et il est difficile de savoir où le parti se dirige clairement. Après la défaite de François Fillon à la présidentielle, il a fallu se repositionner en vue des élections législatives. Mais si le parti reste la seconde force politique du pays derrière la République en Marche, il a tout de même remporté moins d'élus que ce qu'il espérait. Plusieurs courants au sein du parti l'ont mis à mal et l'absence d'un chef de file à suivre n'arrange pas les choses. Pour l'instant, deux noms circulent dans la bataille pour le trône : la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, et le président de la région Auvergne-Rhônes-Alpes Laurent Wauquiez

Mais ils pourraient bien ne pas être les seuls. Si Xavier Bertrand a décidé de se retirer pour apporter son soutien à Valérie Pécresse, qui ne s'est toujours pas déclarée officiellement, Roger Karoutchi lui semble voir une opportunité au milieu de ce chaos. Lundi, sur les ondes de Public Sénat/Sud Radio, le sénateur LR des Hauts-de-Seine a ainsi déclaré : "Je ne vous cache pas que, parti comme ça, et même si chacun sait mes liens et mes préférences, je réfléchis".

Je n'ai pas d'ambition, je ne cherche pas à remonter le parti

Roger Karoutchi

Certes, Roger Karoutchi n'a pas annoncé de candidature officielle, mais au vu de la situation actuelle, il se dit qu'il pourrait bien tenter l'aventure. "Quand je vois un certain nombre de gens qui ont cherché les parrainages, je peux le faire aussi." Et à la différence de Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, lui ne souhaite pas se poser en guerrier. "La seule chose qui pourrait m'intéresser, c'est de dire : 'Je n'ai pas d'ambition, je ne cherche pas à remonter le parti pour en faire une machine de guerre pour être candidat', mais en revanche, si mes quelques capacités d'organisateur peuvent servir à réorganiser..." 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/