2 min de lecture Parti socialiste

PS : la vente du siège de Solférino est "un symbole cruel de sa crise", estime Duhamel

ÉDITO - Le Parti socialiste a pris la décision de vendre son siège historique de la rue de Solférino, symbole de la crise qu'il vit actuellement.

Alain Duhamel L'Edito d'Alain Duhamel Alain Duhamel
>
La vente du siège du PS est "un symbole cruel de sa crise", estime Alain Duhamel Crédit Image : COME SITTLER/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alain Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

Le Parti socialiste s'est résolu à vendre son siège historique de la rue de Solférino. C'est un symbole cruel de la crise qu'essuie le PS, et un crève-cœur pour lui de devoir abandonner un lieu qui s'identifiait à plus de trente ans de combats, de succès et d'échecs du Parti socialiste.

Il y a bien-sûr une raison financière évidente, le parti vient de connaître un désastre, il a perdu 250 députés, il ne lui en reste plus que 31, perdant dans l'affaire près des trois-quarts de ses ressources. Étant ruiné, la rue de Solférino est désormais au-dessus de ses moyens. D'autres raisons sont plus politiques. Il faudrait que le siège change d’arrondissement pour retrouver des racines populaires ou bien qu'il aille en banlieue pour renouer avec son passé. On peut rester sceptique quant au bouleversement de son image en traversant le périphérique. 

Le PS n'a pas de leader, mais une direction collective transitoire. Il y a certains noms qui apparaissent spontanément ou non, Luc Carvounas qui a effectué un sprint remarqué de la droite à la gauche du PS ; Matthias Fekl, jeune ancien ministre ; Boris Vallaud, secrétaire adjoint à l'Élysée apprécié par ses camarades ; Olivier Faure, le président du groupe qui est solide ou encore Stéphane Le Foll qui est une forte personnalité, inconditionnel de François Hollande voulant défendre l'héritage.

À lire aussi
Jean Lassalle à l'Assemblée nationale en 2017 assemblée nationale
Jean Lassalle évoque les "ministres femmes", une députée socialiste le recadre

Le PS a-t-il encore une place entre Mélenchon et Macron ?

Entre Jean-Luc Mélenchon qui incarne un socialisme de rupture et Emmanuel Macron qui incarne le social libéralisme, il y a en théorie une place pour une social-démocratie réformiste. D'autant plus que le PS peut penser que Jean-Luc Mélenchon ira de plus en plus loin, de plus en plus fort, avec sa sixième République, sa volonté de quitter l'Europe telle qu'elle est, sa politique de rupture avec le capitalisme. 

Alors que de son côté, Emmanuel Macron connaîtra de plus en plus de difficultés avec des oppositions sociales se renforçant. Enfin tout ça reste de la rhétorique parce pour y arriver, il faudrait que le leader devienne très vite populaire, il faudrait que la ligne soit identifiante, originale et qu'elle ait un sens. Il faudrait aussi éviter de tomber dans le piège classique des gouvernement qui viennent de se faire battre, qui est de caricaturer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Jean-Luc Mélenchon Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790172669
PS : la vente du siège de Solférino est "un symbole cruel de sa crise", estime Duhamel
PS : la vente du siège de Solférino est "un symbole cruel de sa crise", estime Duhamel
ÉDITO - Le Parti socialiste a pris la décision de vendre son siège historique de la rue de Solférino, symbole de la crise qu'il vit actuellement.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-ps-a-une-place-entre-melenchon-et-macron-selon-alain-duhamel-7790172669
2017-09-20 19:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lNRI77QhSYLkOZa4wAfy0A/330v220-2/online/image/2017/0825/7789829428_le-siege-du-parti-socialiste-rue-de-solferino-le-17-juillet-2017-illustration.jpg