1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alain Duhamel : "Le plan de François Hollande ressemble au plan d'urgence de Raymond Barre en 1979"
1 min de lecture

Alain Duhamel : "Le plan de François Hollande ressemble au plan d'urgence de Raymond Barre en 1979"

REPLAY / ÉDITO - François Hollande a dévoilé, ce lundi 18 janvier, son plan d'urgence de lutte contre le chômage.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Alain Duhamel : "Le plan de François Hollande ressemble au plan d'urgence de Raymond Barre en 1979"
03:12
Le plan de François Hollande ressemble au plan d'urgence de Raymond Barre en 1979
03:14
Alain Duhamel & Geoffroy Lang

François Hollande a peut-être joué son va-tout pour 2017 en présentant son grand plan de lutte contre le chômage lundi 18 janvier. S’il était “indispensable qu’il présente des solutions sur ce sujet, cela ne signifie pas qu’il en retirera des avantages électoraux”, prévient cependant Alain Duhamel.

Le chômage demeure la préoccupation “qui obsède le plus les Français depuis plusieurs années, souligne Alain Duhamel. Même si le président de la République parvient à inverser la courbe du chômage, comme il l’avait promis, “tout le monde va lui tomber dessus” prévient Alain Duhamel. Certains dénonceront un “effet statistique” tandis que les autres pointeront une embellie économique qui vient de l’étranger prédit l’éditorialiste.

La réélection de François Hollande ne se jouera pas sur le chômage

Pour Alain Duhamel, “les Français se sont fait une idée de Hollande sur le chômage et ils n’en changeront pas facilement.” L'éditorialiste compare d’ailleurs le projet à deux milliards de François Hollande à la politique pour l’emploi lancé par Raymond Barre (UDF) lorsqu’il était le Premier ministre de Valérie Giscard d’Estaing en 1979.

La réélection de François Hollande en 2017 risque donc de se jouer sur une équation à multiples inconnues : d’éventuels attentats, la pression migratoire, l’évolution de la guerre au Moyen-Orient. Enfin,  la partie ne sera pas la même pour le président sortant en fonction de l’adversaire qui sera adoubé par la primaire des Républicains : “Ce n’est pas la même chose d’avoir, Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/