1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le Pen, Sarkozy, Aubry... Bilan des cotes de popularité des politiques en 2014
3 min de lecture

Le Pen, Sarkozy, Aubry... Bilan des cotes de popularité des politiques en 2014

REPLAY - Le CSA a scruté l'évolution des cotes de popularité des principaux leaders politiques sur toute l'année 2014, et il y a quelques surprises.

Elisabeth Martichoux
Elisabeth Martichoux
Bilan des cotes de popularité des politiques en 2014
04:00
Bilan des cotes de popularité des politiques en 2014
04:01

François Hollande impopulaire, Alain Juppé aimé par les Français. Les sondages ont été multiples cette année sur la popularité des personnalités politiques. En voici un bilan.

Marine Le Pen superstar 2014

Selon une étude du CSA sur les cotes de popularité des leaders politiques sur l'année, celle de Marine Le Pen n'a pas bougé. La présidente du Front national a hissé son parti en tête des européennes, gagné des mairies... elle termine l'année presque comme elle l'avait commencée : 31% de bonnes opinions contre 29% en janvier.

Cette bonne image de Marine Le Pen tient sans doute du fait que ce n'est plus comme au temps de son père. Fini le culte de la personnalité, même si elle a réussi à incarner une alternative, ce n'est pas pour elle que vote l'électeur du Front national, c'est pour ses idées. Et tant pis pour ceux qui croient encore que le succès du FN est l'expression d'une contestation. Qu'on le veuille ou non, c'est celle d'une adhésion au programme.

Aux élections locales, le profil des candidats d'extrême droite importe peu, c'est l'étiquette qui compte. Certains ont bien compris au PS et à l'UMP qu'il ne suffit pas d'agiter un épouvantail et ils ont intérêt à muscler leur jeu s'ils veulent casser cette dynamique.

Alain Juppé en tête du classement

À lire aussi

À 56% d'opinion favorable, c'est une bonne surprise pour Alain Juppé. Il a trusté la première place 11 mois sur 12. Lui qui fut un des élus les plus détestés de France, qui est dans le paysage depuis près de 40 ans, c'est fascinant. Comme si les Français le re-découvraient, en mieux. Le maire de Bordeaux parvient à incarner le renouveau, à ne pas être associé à l'échec de Nicolas Sarkozy, et à ne pas souffrir de son retour. L'enquête CSA montre que l'usure médiatique n'est pas corrélée à l'âge. 

Bruno le Maire lui aussi incarne le renouvellement et termine l'année en fanfare avec 40% de bonnes intentions mais le plus gros suspense politique reste le cas Sarkozy. Depuis septembre il n'a pas réussi à retisser le lien avec les Français, mais il est le président de l'UMP et d'après le CSA il est à 78% de bonnes opinions chez les sympathisants UMP, devant Alain Juppé.

La gauche patine

À gauche, pas un seul leader ne progresse sur un an. Autrement dit, personne de ce côté de l'échiquier ne profite de l'impopularité record de François Hollande. Martine Aubry est devant tous ses petits camarades socialistes avec un socle solide de 43% mais il reste un doute dans l'opinion sur ce qu'elle veut vraiment, du coup, entre janvier et décembre, elle ne gagne pas un seul point. Depuis sa sortie du gouvernement, les Français ne savent plus très bien où se situe Arnaud Montebourg, ni ce qu'il fait. L'ancien ministre du Redressement productif perd 4 points sur l'année.

Cécile Duflot apprend à ses dépens qu'écrire un brûlot anti-Valls ne rapporte rien en terme de popularité. Pour elle, l'année 2014 est étale à 26% de bonnes opinions. Et pour Manuel Valls, justement, il perd 8 points depuis son entrée à Matignon en avril. Mais son mano a mano avec le Président ne l'entraîne pas, il reste bien au-dessus de François Hollande avec 33% d'opinions favorables. Enfin, le chef de l'État, lui, est à 25% en janvier, puis il a dérapé jusqu'à 18% pour finir à un petit 19% en décembre.

Il y a des socialistes qui se gargarisent des derniers sondages dans lesquels il remonte légèrement, ils vont souffler un peu pendant les fêtes mais ils le savent, ce n'est pas une tendance de fond. En réalité, depuis qu'il est élu, jamais le Président n'a enchaîné deux mois consécutifs de hausse et tant qu'il ne réussira pas ça, il restera au pied de son Everest d'impopularité.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/