5 min de lecture Stéphane le Foll

Le Parti socialiste doit "retrouver une place entre Mélenchon et REM", dit Le Foll

INTERVIEW - Le candidat au poste de premier secrétaire du Parti socialiste assume son expérience aux côtés de François Hollande. "Je n'ai peur de rien. Je suis fidèle et loyal, j'assume", assure-t-il.

Stéphane Le Foll, le 5 décembre 2017
Stéphane Le Foll, le 5 décembre 2017 Crédit : Jacques Witt / Sipa/SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

L'affaiblissement du "Parti socialistes est acté, il est dans une grande difficulté". C'est avec ces mots que Stéphane Le Foll, joint par RTL.fr, cherche un nouveau souffle pour son parti. L'ancien ministre de l'Agriculture pose la question dès les premières lignes de son texte d'orientation : "Sommes-nous collectivement capables de retrouver la fierté, la lucidité, la confiance, en somme l'esprit de camaraderie ?".

L'objectif affiché par Stéphane Le Foll est clair : "Peser dans le débat face aux autres forces politiques, aux autres personnalités politiques, Jean-Luc Mélenchon, Laurent Wauquiez, Marine Le pen et les figures de la République en Marche d'Emmanuel Macron", peut-on lire dans son texte d'orientation. C'est pourquoi il sollicite les adhérents du Parti socialiste pour le poste de premier secrétaire. 

Même si le parti connaît des difficultés, le plus fidèle des fidèles à François Hollande voit encore un "espoir" mais qui doit se concrétiser et s'inscrire dans "la réalité du monde tel qu'il est avec un idéal, une ambition, sans radicalité mais dans l'exercice de la démocratie et de la République". D'ailleurs, il revendique sa "loyauté" à l'égard de l'ancien président de la République. "Je n'ai peur de rien. Je suis fidèle et loyal, j'assume", nous explique-t-il.

À lire aussi
Stéphane Le Foll était l'invité de la matinale de RTL du 31 juillet 2018 Emmanuel Macron
Stéphane Le Foll sur RTL : "Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez Macron"

"Un grand forum" pour l'écologie

Sur l'environnement, Stéphane Le Foll veut "porter une ligne progressiste et écologiste". Dans sa motion, il continue de défendre le bilan du précédent quinquennat. "La COP 21 fut le point de départ d'une conscience internationale. Sans la détermination de la France, avec une diplomatie ouverte, le succès n'aurai jamais été possible". Le candidat pour prendre la tête du Parti socialiste insiste sur le fait qu'il ne faut pas opposer "la lutte contre le réchauffement climatique avec la recherche du bien vivre et du confort : les deux sont possibles, encore faut-il inventer de nouvelles méthodes". 

L'ex-porte-parole du gouvernement estime que "le confort n’est pas l’ennemi de l’environnement, la croissance non plus à une seule condition: être efficace collectivement. C’est comme cela que l’on trouve les ressources et les gains de productivité nécessaires pour redistribuer différemment et poursuivre sur le chemin d’une croissance nouvelle que j’appelle 'la croissance sûre', celle qui va permettre d’assurer la production de richesse durable". 

Il propose ainsi "un grand forum". Il sera organisé "pendant deux ans qui viennent pour construire les bases d'un modèle de développement durable et d'efficacité énergétique, sur le long terme, pour les vingt ans qui viennent". "Il faut faire une réflexion sur ce que l'on veut, changer l'approche pour créer une dynamique nouvelle. Le but est d'inventer des modèles nouveau. C'est notre responsabilité", défend Stéphane Le Foll.

Un projet européen avec un budget clair

Autre sujet évoqué dans le texte de Stéphane Le Foll : l'Europe. Selon le candidat, le brexit a été "l'occasion d'avoir enfin un vrai budget européen avec des recettes propres par pays affectées au budget de l'Europe. Cette nouvelle recette européenne diminuerait d'autant les contributions budgétaires nationales et donc, pour certain pays, leur déficit budgétaire". À RTL.fr, il indique : "Il faut clarifier les choses en matière d'Europe. On ne peut pas être dedans/dehors. Il faut réfléchir à cette question : 'Au sein de l'Europe, quel projet avons-nous ?'". 

Dans son texte d'orientation, l'ancien ministre précise : "Je ne crois pas à la fin de la social-démocratie en Europe, contrairement à d’autres. Elle doit s’affirmer au moment où les populismes et les nationalismes agitent les peurs, en défendant une Europe solidaire face au défi migratoire, solidaire en son propre sein et solidaire avec ses voisins. Cela n’a de sens que si l’Europe s’engage dans une formidable action de développement, de stabilisation des pays de tout le pourtour méditerranéen et de l’Afrique".  C'est pourquoi il préconise "un budget européen avec une vraie recette financière. La taxe sur les flux financiers doit financer une grande politique de développement"

S'il prend la tête du Parti socialiste, Stéphane Le Foll propose d'engager "une convention sur l'Europe début octobre 2018 pour construire notre projet européen de l'après brexit avec un vote des militants pour engager la campagne des européennes".

Une école de formation des socialistes

La laïcité est aussi un des points centraux du texte d'orientation de l'ancien ministre de l'Agriculture. Il propose ainsi "la mise en place d'une nouvelle école de formation des socialistes avec un enseignement spécifique sur la laïcité, son histoire et son actualité". Pourquoi cette mesure ? "Il faut être capable de parler et d'aller dans le débat. Cette école sera ouverte à tout le monde et gratuite. On pourra aussi évoquer l'histoire du Parti socialiste et analyser les événements. On a laissé croire que la politique c'était que des propositions, mais ce sont des valeurs. Et il faut se demander quelles valeurs nous défendons". Stéphane Le Foll estime qu'il "n'y a pas d'avenir sans souvenir. Il n'y a pas d'espoir, sans mémoire". 

Plus généralement sur le fonctionnement du Parti socialiste, le candidat au poste de premier secrétaire souhaite conserver le système des primaires en amont d'une élection présidentielle. "Nous avons besoin d'un processus de désignation. Je n'ai pas d'intention de ce côté là, précise-t-il. Mais il faut discuter et sortir des jeux malsains des alliances politiques du second tour. C'est pourquoi il faudrait envisager un système avec un tour", ajoute-t-il. 

La République En Marche applique une politique pour les riches

Stéphane Le Foll à RTL.fr
Partager la citation

Comment faire revenir les militants et les élus au sein du parti ? "Il faut l'incarner et c'est pour ça que je suis candidat. Il faut retrouver une place entre Jean-Luc Mélenchon et La République En Marche. Mon expérience et ma notoriété peuvent permettre cela. Il faut chercher à savoir ce que l'on est, et ce que l'on veut faire. On ne créé des passerelles à gauche que si on est fort", analyse Stéphane Le Foll. 

Que pense-t-il d'ailleurs du leader de la France insoumise ? "Il occupe l'espace politique parce qu'il existe depuis la présidentielle. Mais il ne gagnera pas", assure le socialiste. Et La République En Marche ? "Sur le fond, ce parti et le gouvernement appliquent une politique pour les riches avec la suppression de l'ISF, la hausse de la CSG et la baisse des retraites", assène Stéphane Le Foll qui refuse de croire que Laurent Wauquiez puisse avoir une stratégie efficace en se concentrant sur le pouvoir d'achat et les retraités : "Il soutenait François Fillon, le candidat qui voulait supprimer deux points de TVA et supprimer l'ISF".

RTL organise en partenariat avec LCI et Le Figaro un débat entre Luc Carvounas, Olivier Faure, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel, mercredi 7 mars à partir de 21 heures. Posez toutes vos questions dans les commentaires de cet article, les candidats y répondront en direct.

>
Qui sont les quatre candidats au poste de premier secrétaire du Parti socialiste ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Stéphane le Foll Parti socialiste Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792447944
Le Parti socialiste doit "retrouver une place entre Mélenchon et REM", dit Le Foll
Le Parti socialiste doit "retrouver une place entre Mélenchon et REM", dit Le Foll
INTERVIEW - Le candidat au poste de premier secrétaire du Parti socialiste assume son expérience aux côtés de François Hollande. "Je n'ai peur de rien. Je suis fidèle et loyal, j'assume", assure-t-il.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-parti-socialiste-doit-retrouver-une-place-entre-melenchon-et-rem-dit-le-foll-7792447944
2018-03-04 16:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OlZgfaP_bjiPAeCKkv7VGw/330v220-2/online/image/2018/0301/7792461409_stephane-le-foll-le-5-decembre-2017.jpg