1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le journal de 18h : des violence survenues lors du défilé du 1er mai à Paris
2 min de lecture

Le journal de 18h : des violence survenues lors du défilé du 1er mai à Paris

Au moins quatre CRS ont été blessés. La manifestation, organisée par Force ouvrière et la CGT, avait pour but de faire barrage à Marine Le Pen et de défendre le pouvoir d'achat.

Deux individus cagoulés à la manifestation du 1er mai 2017 à Paris
Deux individus cagoulés à la manifestation du 1er mai 2017 à Paris
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Le Journal RTL de 18h du 01/05/2017 : des violence survenues lors du défilé du 1er mai à Paris
18:51
Gautier Delhon-Bugard

La principale manifestation syndicale du 1er mai a été émaillée d'incidents dans l'après-midi. Quatre policiers ont été blessés ; ils ont été la cible de projectiles et cocktails Molotov au cours du défilé de la CGT et de Force ouvrière, un rassemblement pour faire barrage à Marine Le Pen et pour la défense du pouvoir d'achat. Selon la police, 30.000 personnes ont manifesté (80.000 selon la CGT). Les manifestants sont partis de la place de la République à Paris, et c'est du côté de la Bastille que les choses ont dégénéré.

Vers 15 heures, trente minutes après le début de la manifestation, à l'avant du cortège, une centaine de militants anarchistes et des casseurs au visage masqué ont commencé à lancer des projectiles, des sacs de pierre et des cocktails Molotov aux forces de l'ordre avant de caillasser des vitrines, notamment de banques. Les policiers ont répliqué à coups de gaz lacrymogène. Le cortège a dû s'arrêter plusieurs fois à cause des heurts. Au moins quatre CRS ont été blessés, dont l'un gravement brûlé. À 18 heures, cinq manifestants avaient été interpellés.

Si la tension est peu à peu redescendue, les affrontements se sont poursuivis dans l'après-midi. Certains manifestants ont même déscellé les pierres de plusieurs façades pour s'en servir de projectiles. Dans le cortège, beaucoup estiment que ce 1er mai est gâché.

À écouter également dans ce journal

Marine Le Pen a réuni ses partisans à la mi-journée à Villepinte, près de Paris.  Elle a répété que si elle était élue, elle nommerait Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre… avant de multiplier les charges extrêmement violentes contre Emmanuel Macron.

À lire aussi

Emmanuel Macron continue d'engranger les soutiens au sein de la société civile. Un millier d'avocats appellent à voter pour lui pour défendre l'État de droit.  Parmi eux, les avocats de la famille Fillon.  Des scientifiques aussi appellent à voter Macron pour barrer la route au Front national. Le candidat d'"En Marche !" a tenu un meeting dans l'après-midi tient à la Villette, à Paris.

- Marine Le Pen ne s'est pas associée à l'hommage à Jeanne d'Arc organisé par son père, Jean-Marie Le Pen. Il a été accueilli dans le centre de Paris par quelque 300 militants sous des slogans "La France aux français" et "Bleu Blanc Rouge". Jean-Marie Le Pen a vanté l'amour de la nation et souhaité la victoire de sa fille dimanche prochain. Mais l'événement commémoratif a été éclaboussé de quelques problèmes techniques.

- La France du 8 mai : chaque jour jusqu'au premier tour, RTL compare les programmes de Marine Le Pen et Emmanuel Macron en se concentrant sur une thématique. Aujourd'hui, on s'intéresse à ce que les deux candidats prévoient concernant les transports.

- Le prix de la consultation chez un médecin généraliste est désormais de 25 euros ; deux euros de plus qu'avant. Mais cela ne suffira pas à relancer les vocations, préviennent les syndicats de médecins. Les généralistes sont noyés sous la paperasse à cause, notamment, de la généralisation du tiers payant.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/