1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le journal de 18h : au Congrès des maires, Édouard Philippe tente de rassurer
2 min de lecture

Le journal de 18h : au Congrès des maires, Édouard Philippe tente de rassurer

REPLAY - Opération réussie pour le Premier ministre, qui ne s'est pas fait siffler par les édiles français mardi 21 novembre.

Édouard Philippe, le 20 juillet 2017
Édouard Philippe, le 20 juillet 2017
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Le journal de 18h : au Congrès des maires, Édouard Philippe tente de rassurer
13:27
Félix Roudaut & AFP

Édouard Philippe était attendu au tournant. Les maires de France sont en effet très remontés contre la baisse des dotations de l'État, la réduction des contrats aidés et la disparition de la taxe d'habitation. Pourtant, le Premier ministre n'a pas été sifflé lors du Congrès des maires, mardi 21 novembre.

D'emblée, l'ancien maire du Havre s'est présenté comme l'un des leurs comme si, grâce à cette étiquette, la pilule allait être plus facile à avaler. Mais l'assemblée des maires est coriace et attend des réponses que le Premier ministre n'apportera pas. C'est Emmanuel Macron qui le fera jeudi 23 novembre. Édouard Philippe s'est contenté de déminer les sujets qui fâchent.

Édouard Philippe a sans doute évité l'essentiel : la broncha et les sifflets. L'honneur est donc sauf, mais la colère des édiles, elle, reste intacte.

À écouter également dans ce journal :

- Les Restos du Cœur repartent en campagne pour la 33e fois. Entre 136 et 140 millions de repas, contre 135,8 millions, l'an dernier, vont être distribués par les 2.085 centres et antennes de l'association créée par Coluche en 1985, a annoncé son président Patrice Blanc. 

À écouter aussi

- Zimbabwe : un concert d'avertisseurs a immédiatement salué mardi 21 novembre à Harare l'annonce de la démission du président Robert Mugabe, au terme de trente-sept ans au pouvoir marqués par des violations des droits de l'Homme et une terrible crise économique. 

- La direction de l'entrepôt Amazon de Lauwin-Planque (Nord) a lancé un "jeu" très controversé à l'approche des fêtes. Les salariés sont en effet incités à relever les manquements aux règles de sécurité de leurs responsables, avec un cadeau à la clé. Une initiative qui encourage la "délation", ont dénoncé mardi les syndicats alors que l'entreprise y voit une manière de "sensibiliser les salariés à la sécurité".

- La Société générale a demandé au Front national de clôturer les comptes ouverts dans son établissement, ont indiqué mardi 21 novembre plusieurs responsables frontistes, confirmant une information de Mediapart et France Inter.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/