1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le gouvernement renonce aux ABCD de l'égalité entre filles et garçons
2 min de lecture

Le gouvernement renonce aux ABCD de l'égalité entre filles et garçons

Les ministres de l'Éducation et des Droits des femmes, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, vont présenter un plan d'action pour l'égalité des sexes à l'école lundi 30 juin, dans lequel les ABCD ne devraient pas figurer.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Crédit : AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière

C'est une petite victoire pour les militants traditionalistes. Les très controversés ABCD de l'égalité devraient être abandonnés par le gouvernement annonce Le Monde ce samedi, confirmant ainsi une information de L'Express. 

Je veux apaiser

Benoit Hamon

"Je veux apaiser", annonçait mercredi sur France Culture Benoit Hamon, qui présentera un plan d'action pour l'égalité filles-garçon à l'école lundi 30 juin avec Najat Vallaud-Belkacem. "On ne renoncera pas à l'ambition, mais on s'apprête à en renouveler les modalités", explique au Monde le ministère de l'Éducation. 

Expérimentés dans 275 écoles depuis la rentrée 2013, les ABCD étaient l'un des outils phares issus de la Convention interministérielle pour l'égalité signée pour 2013-2018. L'ancien ministre de l'Éducation Vincent Peillon avait prévu d'étendre leur champ d'application dès le mois de septembre.

L'égalité filles-garçons dans le "socle commun"

Mais le gouvernement n'entend pas abandonner l'idée pour autant. "C'est un bilan globalement positif", assure Benoit Hamon, qui souhaite inscrire la thématique dans le "socle commun" à partir de 2016, du CP à la 3e.

À écouter aussi

Du côté des professeurs, cette expérimentation a été plutôt appréciée si l'on en croit le ministère. "75% des enseignants pensent désormais pouvoir agir sur la durée, sur eux-mêmes et sur les élèves pour créer les conditions d'une éducation à l'égalité pour les filles et pour les garçons", annonce-t-on rue de Grenelle.

Il y en a marre des ordres et des contre-ordres

Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa éducation

Pourtant, d'après une enquête de l'Unsa Éducation présentée jeudi, le corps professoral dénonce "un manque de clarté et d'évidence" dans la politique menée par l'actuelle majorité. "Il y en a marre des ordres et des contre-ordres", expliquait Laurent Escure, secrétaire général de la fédération, qui réunit une vingtaine de syndicats. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/