3 min de lecture Front national

Le FN en tête à Brignoles : la droite temporise, la gauche s'effrite

RÉACTIONS - Le FN est arrivé en tête du premier tour de la cantonale partielle de Brignoles. Si l'UMP souligne l'effondrement du PS depuis 2012, la gauche s'inquiète de ses propres divisions.

Le FN est arrivé en tête au premier tour de la cantonale partielle de Brignoles
Le FN est arrivé en tête au premier tour de la cantonale partielle de Brignoles Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Le Front national est arrivé en tête du premier tour de la cantonale partielle organisée dimanche 6 octobre à Brignoles (Var). Le candidat FN a recueilli 40,4% des voix. L'extrême droite a même réuni plus de 49% des voix, puisqu'un candidat dissident du FN, Jean-Paul Dispard, a atteint le score de 9,1%.

L'UMP est deuxième avec 20%  des suffrages. Le PC, qui bénéficiait du retrait à son profit du Parti socialiste, est éliminé, tout comme Europe Écologie-Les Verts. 

Les résultats du premier tour de la cantonale à Brignoles
Les résultats du premier tour de la cantonale à Brignoles Crédit : AFP

Le FN se félicite

"Cela démontre, après les deux dernières partielles, que le Front national est véritablement dans une très grande dynamique et qu'il est probablement le premier parti de France, a commenté Marine Le Pen sur RTL, lundi. C'est si vrai que l'intégralité de la classe politique se coalise dans une grande caste UMP - PS - PC. Tout cela n'aura pas beaucoup d'influence par ce que je ne crois pas à l'efficacité d'un front républicain qui est d'ailleurs profondément anti-démocratique".

>
Marine Le Pen : "Le FN est dans une très grande dynamique" Crédit Média : Franck ANTSON | Durée : | Date :

L'UMP pointe l'effondrement du PS

La présidente du Front national n'est pas la seule à se féliciter des résultats de ce premier tour. Sur Twitter, Jean-François Copé a noté "l’effondrement électoral de la gauche dans notre pays". 

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la "fureur noire" d'Alain Duhamel le soir du 21 avril 2002

Le président de l'UMP n'a toutefois pas crié victoire, appelant d'ores-et-déjà "les électeurs de Brignoles à voter au second tour pour la candidate de l’UMP , Catherine Delzers, seule vraie alternative à la gauche".

De son côté, Nadine Morano a souligné le score de la gauche. "Avec sa politique désastreuse, le gouvernement enchaîne les 21 avril...", écrit sur Twitter l'ancienne ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle.

Le vrai vainqueur à Brignoles, c'est l'abstention

Bruno Le Maire
Partager la citation

"Le vrai vainqueur à Brignoles, c'est l'abstention. Quand on regarde attentivement, le FN n'a pas pris beaucoup de voix par rapport au précédent scrutin, a tempéré Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure. (…) Les solutions ne sont pas du côté du FN, à nous de montrer que les solutions sont à l'UMP." Un avis partagé – au moins dans sa première partie – par l'ancienne ministre de l'Environnement, Corinne Lepage.

Le PS, victime des divisions de la gauche

La droite temporise, donc. La gauche, elle, s'effrite. Au Parti socialiste, de nombreuses voix se sont élevées dès dimanche pour fustiger la division de leur camp. "Ce résultat doit sonner comme un sévère avertissement pour tous les partis de gauche : lorsque le Front national est fort, la division produira souvent le même résultat", écrit le parti dans un communiqué.

"Par rapport au FN, il faut être très clair sur la démarche politique et donc nous, nous appelons à faire barrage au Front national", a indiqué Vincent Peillon au micro de RTL, lundi. "Les échecs politiques, ils commencent toujours par des démissions intellectuelles", a également jugé le ministre de l'Éducation. 

>
Vincent Peillon : "On ne fera pas demi-tour sur les rythmes scolaires" Crédit Image : Damien Rigondeaud / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :

"Ça commence à faire beaucoup", a pour sa part écrit de manière sibylline Jean-Christophe Cambadélis, député PS de Paris. 

"Quand le FN est fort, haut, il faut absolument l'unité de la gauche dès le premier tour", a commenté, David Assouline, sur Europe 1. Et le porte-parole du PS d'inviter Jean-Luc Mélenchon à "se rendre bien compte de la responsabilité qu'il prend aujourd'hui à continuer à faire son ennemi principal du PS et du gouvernement, alors que le FN est très fort dans beaucoup de villes".

Le principal pourvoyeur des voix du FN est à l'Elysée

Jean-Luc Mélenchon
Partager la citation

Car le coprésident du Parti de gauche n'a une nouvelle fois pas ménagé ses anciens camarades socialistes, lundi matin. "Le Front national prospère sur la résignation et la désorganisation, du fait que le principal pourvoyeur de ses voix est à l’Élysée", a-t-il déclaré sur France Inter

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Harlem Désir Jean-François Copé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants