1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le Débrief du Grand Jury du 6 juillet - Anne Hidalgo
2 min de lecture

Le Débrief du Grand Jury du 6 juillet - Anne Hidalgo

Les journalistes Jérôme Chapuis, Eric Revel et Jean-Michel Salvator ont débriefé le passage de la maire de Paris Anne Hidalgo au "Grand Jury / Le Figaro / LCI"

Le Debrief du Grand Jury du 6 juillet 2014 - Anne Hidalgo
Le Debrief du Grand Jury du 6 juillet 2014 - Anne Hidalgo
Crédit : dailymotion
Le Debrief du Grand Jury du 6 juillet 2014 - Anne Hidalgo
09:30
Coralie Lemke

Comment trouver 400 millions d'euros pour boucler le buget 2015 de la ville de Paris ? Anne Hidalgo ne répond pas à la question. "Sur cette question cruciale, on n'a toujours pas compris comment on allait boucher ce trou", affirme Jean-Michel Salvator. 

La maire de Paris souligne plutôt les raisons d'un tel manque. Selon elle, la baisse des dotations des collectivités locales est brutale. "Cette baisse existe depuis plusieurs gouvernements. Au nom de la décentralisation on a parfois réduit un certain nombre de moyens", précise Eric Revel. 

Mais à aucun moment Anne Hidalgo n'a reproché à Bertrand Delanoë, son prédécesseur à la mairie de Paris, les mauvaises prévisions pour le budget de la ville.

Elle a un certain culot.

Jean-Michel Salvator

Autre thème abordé: les impôts. La maire de Paris est claire : elle refuse d'augmenter les impôts dans la capitale. "Elle a un certain culot. Elle a commencé l'émission en nous expliquant qu'elle n'augmenterait pas les impôts. Or on a fait une demi heure d'émission sur deux augmentations d'impôts : d'abord sur l'augmentation de la taxe de séjour et elle nous a annoncé qu'elle allait augmenter les PV", remarque Jean-Michel Salvator. 

À écouter aussi

En effet, pour Anne Hidalgo, les 90 centimes de taxe de séjour, ce n'est pas assez. "Ce n'est même pas le prix d'un café dans un bar" précise-t-elle. De même, elle a annoncé vouloir doubler le prix des amendes de stationnement dans la capitale.

La petite musique italienne de Matteo Renzi est en train de prendre corps.

Eric Revel

Un autre message important d'Anne Hidalgo: la nécessité de soutenir les collectivités locales pour qu'elles puissent investir dans des projets d'avenir. L'investissement, une solution clé pour la maire socialiste de Paris. 

Eric Revel y voit des similitudes avec Matteo Renzi, le premier ministre italien, fervent adepte des l'investissements. "La petite musique italienne de Matteo Renzi est en train de prendre corps : faire des réformes et faire en même temps de l'investissement", conclut le journaliste.  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/