1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Île-de-France : le "bouclier de sécurité" proposé par Valérie Pécresse est-il réalisable ?
1 min de lecture

Île-de-France : le "bouclier de sécurité" proposé par Valérie Pécresse est-il réalisable ?

REPLAY / DÉCRYPTAGE - La candidate des Républicains, élue à la tête de la région Île-de-France, a proposé une vingtaine de mesures très ambitieuses concernant la sécurité des Franciliens.

Valérie Pécresse le 11 avril 2015 (illustration).
Valérie Pécresse le 11 avril 2015 (illustration).
Crédit : AFP
Île-de-France : les mesures proposées par Valérie Pécresse sont-elles réalisables ?
01:52
Cindy Hubert & Camille Kaelblen

Après les promesses, les actes pour les nouveaux présidents de région. En Île-de-France, la candidate des Républicains, Valérie Pécresse, a été élue avec 43,8% des voix face à la liste de Claude Bartolone (42,18%). Elle avait promis un "bouclier de sécurité", c'est-à-dire une vingtaine de mesures concernant la sécurité. Mais la nouvelle patronne de la région aura-t-elle les moyens de les mettre en place ? 

Pour un certain nombre d'entre elles, la réponse est non. Parmi ces mesures, Valérie Pécresse propose, par exemple, de rendre obligatoire le port de sa carte d'identité. Mais pour cela, il faudrait créer une loi, selon Olivier Renaudie, professeur de droit public. Même chose pour le licenciement des salariés fichés "S" dans les services publics. "Seuls certaines autorités sont susceptibles d'accéder à de telles informations et, en l'état, ce n'est pas le cas des employeurs en général, et pas plus des services du conseil régional", ajoute-t-il. 

Les tests salivaires dans les lycées pourraient être illégaux

Dans les lycées, Valérie Pécresse voudrait également financer des tests salivaires anti-drogues. Une proposition qui pourrait se révéler illégale. "Cela va poser beaucoup de questions d'ordre juridique", confirme le ministère de l'Éducation nationale. Personne n'a le droit droit d'obliger des élèves à se plier à de tels tests, sauf des policiers.

Valérie Pécresse veut aussi interdire les transports aux fraudeurs multirécidivistes et aux pickpockets. Là aussi, la proposition est encore très floue : comment identifier ces personnes ? Il faudrait pouvoir créer un fichier à partir d'informations que seule la justice possède pour l'instant. Et puis à partir de combien de condamnation deviendrait-on un "interdit de métro" ? Pour le moment, l'équipe de Pécresse n'a pas toutes ces réponses, mais elle a choisi une action volontairement spectaculaire pour le début d'année 2016 : débloquer un fonds d'urgence pour installer des portiques de sécurité devant les lycées et les salles de concert. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/