1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Laurent Wauquiez : "Le nouveau visage d’une droite ultra", lance Alain Duhamel
2 min de lecture

Laurent Wauquiez : "Le nouveau visage d’une droite ultra", lance Alain Duhamel

ÉDITO - Alain Duhamel revient sur l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence des Républicains.

Laurent Wauquiez, le 10 décembre 2017, après son élection à la tête des Républicains
Laurent Wauquiez, le 10 décembre 2017, après son élection à la tête des Républicains
Crédit : AFP / Jacques Demarthon
Laurent Wauquiez: "le nouveau visage d'une droite ultra", lance Alain Duhamel
02:56
Alain Duhamel

Laurent Wauquiez est le nouveau visage des Républicains. Mais ce nouveau visage, c’est celui d’une droite ultra : pas d’une droite qui rassemble, pas d’une droite libérale ouverte ou modérée. C’est ce qu’on appelle une droite ultra, ça veut dire qu’elle est souverainiste, alors que Laurent Wauquiez par le passé était européen.

Ça signifie qu’elle est cléricale, ça faisait longtemps. Ça signifie qu’elle est hyper-identitaire, et donc pas très loin du Front national sur ce point. Ça signifie aussi qu’elle est anti-élites, pourtant Laurent Wauquiez représente la quintessence de l’élite. Mais il est contre les élites parce qu’il a choisi de l’être : parce que c’est une posture et parce qu’il a le cerveau de Giscard, mais il veut parler comme Pasqua.

Il lui sera difficile de devenir le challenger numéro un de Macron, mais cela ne lui sera pas impossible. C’est difficile parce qu’il sait ce qu’il perd, mais il ne sait pas ce qu’il gagne. Il sait qu’il perd toute la droite centriste et libérale, mais il ne sait s’il récupérera des électeurs du Front national. Nicolas Sarkozy y était parvenu en 2007, mais pas en 2012, donc on ne sait pas.

Il n’a pas du tout une stature présidentiable

Alain Duhamel, éditorialiste RTL

En plus, il y a une partie de son propre électorat qui regarde vers Emmanuel Macron parce qu’il est intéressé par sa politique économique. Et il a aussi des rivaux comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen. Mais ces rivaux ne sont pas en très grande forme. Ensuite parce qu’il a un parti et des collectivités territoriales comme aucun autre.

À écouter aussi

Pourtant, il n’a pas du tout une stature présidentiable. Par rapport à Giscard, Sarkozy ou Chirac au même âge, il est en retard. Giscard était déjà un présidentiable installé, Chirac était déjà premier ministre et Nicolas Sarkozy était le nouveau phénomène de la droite. Lui, il n’a pas leur charisme, et cela, ça ne s’apprend pas. Mais il n’a pas non plus la stature d’un homme d’État. Alors est-ce qu’il peut l’acquérir ? Il est brillant, ambitieux et se donne du mal, donc oui il peut l’acquérir, cependant ça va lui demander quelques centaines d’émissions et d’interviews. Et surtout, il lui faudra recourir à beaucoup moins d’arguments simplistes et bas de gamme qu’actuellement.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/