4 min de lecture Les Républicains

Laurent Wauquiez entame (déjà) le compte à rebours pour la présidentielle de 2022

ILS PARIENT SUR 2018 (3/6) - 2018 sera l'année du tremplin pour Laurent Wauquiez. Désormais élu à la tête des Républicains, il compte bien faire entendre sa voix et celle de la droite face à Emmanuel Macron, tout en veillant à ne pas se faire déborder au sein de sa propre famille politique, plus divisée que jamais.

Laurent Wauquiez au siège des Républicains, le 13 décembre 2017
Laurent Wauquiez au siège des Républicains, le 13 décembre 2017 Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Construire et non pas reconstruire. Après la débâcle de la présidentielle, l'exclusion des Macron-compatibles et le départ de Xavier Bertrand des Républicains, l'arrivée de Laurent Wauquiez a la tête du parti a été quelque peu mouvementée. "On repart de Ground Zero. Tout cela ne se fera pas en deux jours", précisait le porte-parole du parti, Gilles Platret dans Le Journal du Dimanche. Mais cela appartient désormais à 2017. En 2018, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes mise sur le chaos dans lequel se trouve la droite afin de pouvoir dessiner les contours d'une "nouvelle droite" en 2018.

Dans ses vœux de fin d'année, Laurent Wauquiez dévoile ses intentions : "Nous avons perdu, nous avons beaucoup déçu, nous avons parfois écœuré les Français. Je veux construire une nouvelle droite avec de nouveaux visages, une nouvelle génération. Tout changer". 

C'est avant tout une alchimie parfaite qui doit être mise en place par celui qui prône le rassemblement. En plus de bâtir un nouveau parti, il cherche aussi à bâtir une opposition qu'il pourrait incarner face à Emmanuel Macron

À lire aussi
Nicolas Dupont-Aignan au Cirque d'hiver à Paris, le dimanche 23 septembre 2018 Nicolas Dupont-Aignan
Européennes 2019 : Dupont-Aignan mènera une "liste d'union" des droites

Être l'opposant numéro 1 face à Macron

Pour se placer en opposant principal, Laurent Wauquiez a décidé de griller la priorité à Emmanuel Macron en publiant des vœux le même jour que le président de la République... mais quelques heures avant lui. "Une façon d'installer le match sur le fond et sur la forme avec Emmanuel Macron", indique Le Figaro. Le chef de file des Républicains veut "faire en sorte que face au chef de l'État il y ait une opposition, une opposition qui ne soit pas sectaire, une opposition qui soit ouverte à soutenir tout ce qui ira dans la bonne direction".

Avant même d'être élu, Le Parisien dévoilait que le candidat favori planchait sur la composition d'un gouvernement, un "shadow cabinet" pour "nommer l'équivalent Les Républicains des actuels ministres". Qui figurent dans cette liste ? "Certains noms circulent comme celui de Guillaume Larrivé, le député de l'Yonne, pressenti à la Justice, d'Éric Ciotti à l'Intérieur et, pêle-mêle, de Virginie Calmels, Isabelle Le Callennec ou encore Virginie Duby-Muller".

Conquérir les classes moyennes et les retraités

Ce n'est pas tout. Le président des Républicains a bien l'intention de multiplier les attaques politiques en direction du chef de l'État. "On va monter le son" contre le gouvernement, aurait-il dit à ses équipes, comme le rapporte Le Journal du Dimanche. Premier angle d'attaque : la hausse de la CSG.

Selon Laurent Wauquiez, "Macron a fait une grande erreur en fêtant son anniversaire à Chambord au moment où il s'apprête à augmenter la CSG. Ce pays a certes une tradition monarchiste, mais il a aussi coupé des têtes". Face caméra pour la fin d'année, le président des Républicains assure que son "premier combat sera de défendre les classes moyennes et les retraités face à la hausse de la CSG"

À lire aussi

En septembre dernier, les fidèles du Président avait déjà commencé à critiquer cette augmentation. Damien Abad, député Les Républicains de l'Ain, critiquait "une politique anti-retraités et anti-propriétaires". Pour Éric Ciotti, "la vraie droite, c'est celle qui reparle aux Français, notamment aux jeunes, aux classes moyennes et populaires. C'est celle qui donne une espérance nouvelle en faisant de l'école, lieu de l'ascenseur social, le ciment de notre société. La 'droite de retour', c'est une droite qui devra s'attaquer à quatre grandes fractures qui traversent notre société : la fracture démographique avec des jeunes en proie au doute sur l'avenir et des seniors mal-aimés de ce gouvernement ; la fracture sociale avec un système de protection sociale à bout de souffle et une valeur travail menacée de toutes parts". 

S'imposer comme candidat naturel pour 2022

En plus devoir mener la fronde contre Emmanuel Macron, Laurent Wauquiez doit aussi faire l'unanimité au sein de son propre camp. Sa volonté de rassembler Les Républicains a été entachée par le départ de Xavier Bertrand juste après son élection. "Les adversaires de Wauquiez, eux, guettent son premier faux pas", analyse Le Journal du Dimanche. Dès janvier, il devrait annoncer la composition "des instances clés du parti : le bureau politique, la commission nationale d'investiture, dont la présidence est convoitée par Éric Ciotti et Éric Woerth, ainsi qu'un shadow cabinet calqué sur l'actuel gouvernement (...) Ces nominations devront être validées par le conseil national de LR, le 27 janvier à Paris, à la Mutualité", note le journal.

Laurent Wauquiez voudra tuer la primaire et faire un congrès pour désigner le candidat

Un député Les Républicains à "Marianne"
Partager la citation

Le successeur de Nicolas Sarkozy à la tête des Républicains ne peut s’empêcher de voir un destin présidentiel se dessiner devant lui. Il vient ainsi d'en franchir la première étape. Selon Marianne, tout est évidemment calculé : "Si Wauquiez s’est emparé du parti Les Républicains - il a été élu avec un score soviétique le 10 décembre - c’est pour mieux imposer l’idée de sa candidature naturelle en 2022". Un député Les Républicains confie au magazine qu'"il voudra tuer la primaire et faire un congrès pour désigner le candidat". "Autrement dit, Laurent Wauquiez se verrait bien investi par LR sur le modèle de Nicolas Sarkozy en 2007. Seul candidat à la candidature, celui-ci avait été investi par l’UMP lors d’un grand show à la Porte de Versailles qui reste gravé dans les mémoires à droite", ajoute Marianne

Pour l'instant, l'organisation d'une primaire pour l'élection présidentielle de 2022 n'est pas une aspiration des adhérents des Républicains. "Sur les 40.000 répondants, 70% se sont prononcés contre une nouvelle primaire ouverte", souligne le magazine.

L'élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée a provoqué une déflagration électorale et une recomposition du paysage politique. Le gouvernement et La République En Marche, mais aussi les oppositions avec Les Républicains, la France insoumise, le Front national, mais aussi le Parti socialiste cherchent à se rénover et à profiter de cette redistribution des cartes. Plus que des partis politiques, ce sont des femmes et des hommes qui devront incarner et porter ce changement. 6 épisodes pour faire un focus sur ce qui les attend en 2018, à découvrir sur RTL.fr.

ILS PARIENT SUR 2018
Lire la suite
Les Républicains Laurent Wauquiez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791665195
Laurent Wauquiez entame (déjà) le compte à rebours pour la présidentielle de 2022
Laurent Wauquiez entame (déjà) le compte à rebours pour la présidentielle de 2022
ILS PARIENT SUR 2018 (3/6) - 2018 sera l'année du tremplin pour Laurent Wauquiez. Désormais élu à la tête des Républicains, il compte bien faire entendre sa voix et celle de la droite face à Emmanuel Macron, tout en veillant à ne pas se faire déborder au sein de sa propre famille politique, plus divisée que jamais.
https://www.rtl.fr/actu/politique/laurent-wauquiez-entame-deja-le-compte-a-rebours-pour-la-presidentielle-de-2022-7791665195
2018-01-03 16:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/HIY6qd2SOsVQs6pAKIj8ww/330v220-2/online/image/2018/0102/7791665277_laurent-wauquiez-au-siege-des-republicains-le-13-decembre-2017.jpg