4 min de lecture Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy : une semaine difficile, entre garde à vue et mise en examen

VIDÉOS – Garde à vue, mise en examen pour corruption active, offensive télévisée, charge contre la justice, esquisse d'un retour… La semaine a été chargée pour Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy à Nice le 10 mars 2014
Nicolas Sarkozy à Nice le 10 mars 2014 Crédit : AFP / Valéry Hache
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
Journaliste RTL

C'est une première pour un ancien président de la Ve République. Nicolas Sarkozy a été placé en garde vue, puis mis en examen, mardi 1er juillet, dans le cadre d'une enquête pour des soupçons de trafic d'influence. Une situation qui l'a amené à faire son retour dans l'arène médiatique, en donnant sa première interview télévisée depuis sa défaite à la présidentielle de 2012.

Retour sur les faits marquants de cette semaine très chargée pour l'ancien président.

Lundi : Herzog et Azibert en garde à vue

Lundi, l'étau judiciaire se resserre un peu plus autour de Nicolas Sarkozy, avec le placement en garde à vue de son avocat,  Maître Thierry Herzog, et du haut magistrat Gilbert Azibert.

La rédaction vous recommande

Les enquêteurs cherchent à établir si l'ancien chef de l'Etat, avec l'appui de Maître Herzog, a tenté d'obtenir des informations auprès du magistrat Gilbert Azibert sur l'affaire Bettencourt, en échange de la promesse d'un poste prestigieux à Monaco.

>
Éclairage - Écoutes de Nicolas Sarkozy : son avocat et deux magistrats en garde à vue Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Mardi : Nicolas Sarkozy en garde à vue

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, en juin 2019 justice
Les infos de 18h - Procès Sarkozy : pourquoi est-il renvoyé à jeudi ?

Mardi, coup de tonnerre. Nicolas Sarkozy, arrivé dans une voiture noire aux vitres teintée peu avant 8h à la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre, est rapidement placé en garde à vue


Un fait inédit dans la Ve République qui provoque la surprise générale. Certes, l'ancien président est bien traité, et on ne lui demande pas d'enlever sa ceinture et ses chaussures car la procédure ne l'oblige pas mais la charge symbolique de cette mise en examen est forte. 

D'emblée, ses soutiens crient au "complot" et à "l'acharnement". Il faut dire que politiquement, cette affaire peut avoir des conséquences très lourdes pour le retour de l'ancien président sur le devant de la scène politique. 

>
Nicolas Sarkozy : sa garde à vue "peut avoir des conséquences très lourdes" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Après 14 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy est conduit au pôle financier, où les juges l'entendent jusqu'à 2 heures du matin, avant de lui signifier sa mise en examen pour corruption active.

La rédaction vous recommande

Mercredi : l'offensive télévisée

Pour l'occasion, le retraité le plus actif de France met sa stratégie de la carte postale entre parenthèses et renoue avec l'exercice télévisuel. Dans une interview sur TF1 et Europe 1, Nicolas Sarkozy dénonce "l'instrumentalisation politique d'une partie de la justice aujourd'hui". Dans son viseur : la juge Claire Thépaut et son appartenance au Syndicat de la magistrature.

La rédaction vous recommande

Il en profite aussi pour envoyer quelques uppercuts à François Hollande, Christiane Taubira et Manuel Vallsaccusés d'avoir joué un rôle dans sa mise en examen. L'occasion aussi de jeter les bases de son retour en politique, et de lâcher : "La question de savoir si on renonce ne se pose pas pour moi, car vis-à-vis de son pays on a des devoirs." 

>
Alba Ventura : "Nicolas Sarkozy envoie des uppercuts à Hollande, Taubira et Valls" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Alba Ventura | Date :

Jeudi : la droite vent debout, la gauche silencieuse

Après cette intervention, les sarkozistes jouent les prolongations sur les attaques contre la justice. Nadine Marano va jusqu'à estimer que la France est "manipulée" et demande l'interdiction de se syndiquer pour les magistrats. 

De son côté, la gauche préfère ne pas trop capitaliser sur cette affaire. Si Jean-Christophe Camadalis, comme Manuel Valls, ne manque pas de souligner que l'affaire est "grave", François Hollande choisit de se taire, convaincu que polémiquer sur l'ancien président serait contre-productif. 


Pour Jean-Michel Apathie,  éditorialiste à RTL, une chose est sûre : "Sarkozy est traité différemment parce qu'il a été président."

>
Jean-Michel Aphatie : "Nicolas Sarkozy n'est pas un justiciable comme les autres" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Jean-Michel Aphatie | Date :

Vendredi : Sarkozy attaqué sur sa droite

Passée la surprise, les langues commencent à se délier à droite. Les premiers coups viennent d'Alain Juppé, qui estime dès jeudi que "vilipender" la justice n'est "pas une bonne méthode".
Vendredi, Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, renchérit. Il affirme que s'en prendre à la justice, c'est "contester la République". C'est trop peu pour déstabiliser l'ancien président. Nicolas Sarkozy tacle Alain Juppé en privé, ironisant sur son âge.

>
Eric Zemmour : "Nicolas Sarkozy a bâti sa carrière sur l'audace transgressive" Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Eric Zemmour | Date :

Samedi : la question du retour

Hasard du calendrier, c'est cinq jours après la mise en examen de Nicolas Sarkozy que se tient la Fête de la Violette, réunissant les soutiens de l'ancien président. La Droite forte, Luc Chatel, Brice Hortefeux ou encore Rachida Dati appellent les militants à se serrer les coudes derrière leur champion.

Reste que la flamme ne reprend pas du côté de l'opinion, puisqu'un sondage nous apprend que 65% des Français sont opposés à une candidature de Nicolas Sarkozy en 2017. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy Affaire Bettencourt UMP
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants