1 min de lecture Présidentielle 2017

La salle du meeting de Marine Le Pen à Ajaccio évacuée après des bagarres

Après des échauffourées entre militants anti et pro-FN, la salle qui devait accueillir Marine Le Pen a été évacuée.

Affrontements entre les policiers et des militants anti-FN à Ajaccio le 8 avril 2017
Affrontements entre les policiers et des militants anti-FN à Ajaccio le 8 avril 2017 Crédit : PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Crêpage de cheveux, échanges de coups, évacuation sous haute escorte, gaz lacrymogène... L'ambiance qui précédait le meeting de Marine Le Pen au Palais des congrès d'Ajaccio ce samedi 8 avril est devenue électrique. Une poignée d'opposants à la candidate s'est glissée dans l'assemblée, surprenant les sympathisants de la cheffe du Front national, en train de patienter avant l'arrivée de la cheffe frontiste. La salle où Marine Le Pen devait donner son meeting a finalement été évacuée après l'exclusion des manifestants.

Le service d'ordre du Front national a tenté de faire sortir une quinzaine de manifestants, dont un a crié "a Francia fora" (la France dehors). Des coups ont été échangés et du gaz lacrymogène répandu, avant que la salle ne soit finalement évacuée. Quelques personnes étaient en pleurs à cause du gaz lacrymogène, notamment des personnes âgées, d'autres toussaient. Les manifestants évacués ont été regroupés à l'écart, à l'extérieur de la salle. Marine Le Pen devrait utiliser une autre salle du palais des Congrès d'Ajaccio pour assurer son meeting. 

David Rachline et Florian Philippot réagissent

Des images télévisées provenant de BFMTV montrent que les échanges ont été houleux en dehors même de la salle de meeting. C'est d'ailleurs dehors que tout avait commencé quelques heures plus tôt : selon Corse Matin, une cinquantaine de personnes a manifesté devant le Palais des congrès d'Ajaccio, une heure avant le début du meeting de la candidate frontiste.

L'entourage de la candidate a accusé des "nationalistes" corses. "'Dehors les Français' scandaient les militants anti-Marine qui ont attaqué la démocratie et agressé la République à Ajaccio", a affirmé sur Twitter Florian Philippot, vice-président du FN. Le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline, s'est également indigné de cette rixe via Twitter. Il a d'abord reproché au préfet de laisser les "milices d'extrême-gauche" avancer à proximité du Palais des Congrès, avant de poster dans un second tweet la photo d'un militant qu'il présente comme "sérieusement blessé".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Front national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants