2 min de lecture Eric Ciotti

VIDÉO - La riposte mordante de Taubira à Ciotti fait rire l'Assemblée

Interpellée par le député Éric Ciotti à l'Assemblée nationale, la ministre de la Justice Christiane Taubira lui a demandé pourquoi elle "l'obsédait" à ce point.

>
La riposte cinglante de Taubira à Ciotti Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : OP / Assemblee Nationale / AFP | Date :
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Christiane Taubira a démontré que la rhétorique était son point fort. Et ce mardi 23 juin, c'est le député des Républicains Éric Ciotti qui en a fait les frais, la ministre de la Justice répondant avec une ironie mordante à une des interpellations, sous les rires de l'Assemblée nationale et les applaudissements de quelques députés socialistes.

Lors de la séance des questions au gouvernement, l'élu des Alpes-Maritimes demande à la garde des Sceaux, dont il dénonce régulièrement le laxisme, "jusqu'où" elle irait dans ses "provocations à l'égard du Premier ministre", estimant qu'elle avait franchi une "étape supplémentaire" en lui posant un "ultimatum" sur l'examen au Parlement de sa réforme de la justice des mineurs. Vendredi, Christiane Taubira avait en effet déclaré "qu'elle n'assumerait pas" que la réforme de la justice des mineurs, promise par François Hollande et qui se fait attendre, ne soit pas réalisée.

"Je t'aime, moi non plus"

Une attaque classique pour un député de l'opposition, dont la réponse va rapidement se transformer en exercice de stand-up. Un petit sourire aux lèvres, la ministre lui demande alors pourquoi elle "l'obsède" tant. "J'avoue que, malgré toutes ces années passées, vous conservez pour moi quelque chose de mystérieux. Je me demande si, lorsque vous affirmez certaines choses, vous y croyez vraiment. Si c'était du temps de ma fringante jeunesse, j'aurais supposé un sentiment contrarié" a-t-elle déclaré sous les rires à gauche mais aussi d'une partie de la droite, même si quelques députés Les Républicains ont crié "lamentable". "Cet hémicycle tout entier à déjà constaté à quel point je vous obsède avec une constance qui appelle l'admiration", lui lance-t-elle encore.

Passée cette première salve, la ministre de la Justice enchaîne avec ironie sur le sort de Manuel Valls  : "C'est la première fois que le Premier ministre aurait besoin d'un défenseur. Compte tenu de sa personnalité et de son autorité, nous avons du mal à comprendre non seulement qu'il aurait besoin d'un défenseur mais en plus dans ces rangs là".

À lire aussi
jeux vidéo
Twitch : un député LaREM et un Insoumis vont s'affronter sur "League of legends"

Une fois maîtrisée la forme, Christiane Taubira répond finalement sur le fond. Sur sa réforme de la justice des mineurs, dont Éric Ciotti a espéré qu'elle ne soit pas débattue dans l'hémicycle d'ici la fin du quinquennat, elle lui répond que l'ordonnance de 1945 était devenue "illisible et incohérence" avec "37 modifications" dans les deux précédents quinquennats. "Vous vous livrez à un exercice solitaire lorsque vous vous prétendez qu'elle est efficace", a-t-elle conclu, en restant dans la même verve.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Eric Ciotti Christiane Taubira Assemblée nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants