2 min de lecture Confidentiels politique

La République En Marche : le parti d'Emmanuel Macron a-t-il perdu son ADN ?

CONFIDENTIELS RTL - Les premiers "Marcheurs" ne se reconnaissent plus dans le parti qui a amené Emmanuel Macron au pouvoir. Ils l'ont dit à leurs responsables, les yeux dans les yeux la semaine dernière.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
La République En Marche : le parti d'Emmanuel Macron a-t-il perdu son ADN ? Crédit Image : ERIC DESSONS/JDD/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
et Loïc Farge

Le doute s'installe dans La République En Marche. Le parti d'Emmanuel Macron se demande s'il a perdu son ADN. Je vais vous raconter une scène survenue la semaine dernière, et qui en dit long.

Pour fêter un an de pouvoir, le patron de REMChristophe Castaner, a invité le premier ministre, des ministres et des responsables et des salariés d'En Marche. C'était au musée des Arts forains, à Paris. Et parmi les invités, il y avait Catherine Barbaroux, l'une des premières "Marcheuses". C'est elle qui a assuré l'intérim à la tête de REM après l'élection d'Emmanuel Macron.

Mardi 15 mai, devant ses amis, elle a pris le micro, après Christophe Castaner et juste avant Édouard Philippe. Ses paroles ont été un avertissement. Catherine Barbaroux s'est montrée assez dure avec tous les gens présents. "On perdu l'ADN d'En Marche !", a-t-elle prévenu.

Des comités locaux qui végètent

"On se se perd sur le terrain", on entendu plusieurs témoins. Cela n'a pas été facile à entendre pour tout le monde. Pour Christophe Castaner, qui tente tant bien que mal de structure En Marche, c'est une critique directe.

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Ensuite Catherine Barbaroux a exprimé très librement tous les doutes qui traversent le parti d'Emmanuel Macron. À quoi servent-ils ? Qu'est-ce qu'ils peuvent apporter quand les pouvoirs sont ultra-concentrés à l'Élysée et qu'il y a un groupe ultra-majoritaire à l'Assemblée ? Vous me direz que c'est un problème de riches, et le problème de tout parti au pouvoir !

C'est vrai. Mais je vous rappelle qu'En Marche s'est construit contre le système des partis traditionnels. En Marche se voulait "horizontal", c'est-à-dire que chacun pouvait apporter ses idées. Comme toutes ses promesses ont disparu à peu près le jour de l'élection d'Emmanuel Macron, dans la vie de tous les jours vous avez beaucoup de comité locaux qui végètent et des "Marcheurs" qui ont totalement disparu.

Rappel des fondamentaux de REM

C'est inquiétant, dans la perspective des prochaines élections. En ce moment pour remobiliser ses militants, il y a une grande marche européenne, un nouveau porte-à-porte (comme pendant la présidentielle) pour sonder les attentes et les colères des Français.

Pour les municipales dans deux ans, c'est plus compliqué parce qu'il faut trouver des candidats et constituer des listes. Bref, faire un vrai travail d'implantation. Christophe Castaner a promis de le faire.

Mais Catherine Barbaroux est venue lui rappeler la semaine dernière quelques fondamentaux d'En Marche qu'il ne fallait pas oublier. L'élan et l'énergie de l'élection présidentielle paraissent, un an plus tard, loin. Très loin même.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique La République En Marche Christophe Castaner
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants