2 min de lecture Confidentiels politique

La République En Marche : le blues des parlementaires gagne une partie de la majorité

CONFIDENTIELS RTL - Embouteillage législatif, sentiment d'être inutile : à l'occasion de la rentrée parlementaire, l'ambiance est loin d'être aussi enjouée que l'an dernier chez les députés La République En Marche.

Pauline de Saint-Remy Les Confidentiels RTL Pauline De Saint-Rémy
>
La République En Marche : le blues des parlementaires gagne une partie de la majorité Crédit Image : AFP / Gilles Bassignac | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Générique 1
Vincent Derosier Journaliste RTL

Finies les vacances. Les députés font leur grand retour à l'Assemblée nationale cette semaine. L'ambiance n'est pas aussi joyeuse qu'il y a un an. Surtout pour les novices de La République En Marche, qui tirent déjà la langue.

Je peux vous dire que de nombreux députés a qui j'ai pu parler ont fait une vraie coupure. Moins de téléphone portable, moins de présence en circonscription. "J'avais besoin de voir ma famille", se justifie l'un d'eux.

Revenir à l'Assemblée, pour beaucoup, c'est comme retourner à l'école après deux mois de vacances : c'est dur. "Dans notre groupe, de nombreux députés ont pensé à démissionner la première année", révèle un "Marcheur". Mais, selon lui, ils ont fini par trouver leur marque, notamment en se réfugiant en circonscription.

Mais tous les problèmes ne sont pas réglés. Selon les comptes d'un député de la majorité, une petite cinquantaine de collègues n'ont toujours pas compris quelle était leur place à l'Assemblée nationale.

Interrogations sur leur utilité

À lire aussi
Jair Bolsonaro international
Bolsonaro insulte Macron : "C'est typique de ce populisme moderne", selon un spécialiste

Cela fait bientôt un an qu'ils ont été élus. Mais ils sont encore nombreux à se poser la question de leur utilité. Les textes de lois défilent. Il y a eu les ordonnances Macron. Un député me confie s'être senti totalement inutile. Il a finalement choisi de devenir spécialiste de deux ou trois sujets, et ça va mieux. D'ailleurs ce parlementaire s'est abstenu sur la loi Asile et immigration, parce qu’il avait le sentiment de ne pas savoir de quoi il parlait.

Une fronde ? Plutôt de la désillusion. "Faire de la politique autrement, c'est du bullshit !" : cette phrase n'a pas été prononcée par Laurent Wauquiez, mais par un député REM. Pour lui, il faut mener une réflexion globale, trouver une solution pour mieux fonctionner collectivement quand on est 300.

D'autant que Richard Ferrand, aux dire de plusieurs parlementaires, est encore préoccupé par l'affaire des Mutuelles de Bretagne. "Il est plus présent qu'avant, explique un député, mais il n'est pas totalement libre dans sa tête".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Confidentiels politique La République En Marche Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants