2 min de lecture Présidentielle 2017

"La présidentielle 2017 est une élection à 4 tours", avertit Olivier Mazerolle

ÉDITO - La signature de RTL revient sur le résultat du premier tour de la présidentielle et prédit que tout se jouera lors des législatives.

Les Français votent pour le premier tour de l'élection présidentielle dimanche 23 avril 2017
Les Français votent pour le premier tour de l'élection présidentielle dimanche 23 avril 2017 Crédit : Eric CABANIS / AFP
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Le résultat du premier tour de la présidentielle ouvre davantage la porte à l’inconnu qu’il n’éclaircit la situation. Le dégagisme a prévalu. Les deux candidats qualifiés appartiennent à une catégorie politique non conformiste. Aucun des deux ne peut garantir qu’il sera en mesure de rassembler une majorité autour de lui. Les partis politiques traditionnels ont subi une lourde défaite. Mais ils n’ont pas dit leur dernier mot et ils entendent prendre leur revanche à l’occasion des législatives. Le shaker électoral est agité dans tous les sens et personne ne peut prédire avec certitude ce qu’il en sortira.

Avec un million de voix d’avance, Emmanuel Macron est le mieux placé pour remporter la présidentielle. Elle lui semble désormais promise. À la condition de ne pas réitérer les erreurs qui l’ont amené à se comporter comme il l’a fait dimanche soir, en terrain conquis. Les Français sont aussi prompts à rejeter qu’à aduler. Ils ont montré à quel point ils sont attentifs au comportement des politiques. Des coupes de champagne échangées avec des amis ont tôt fait de passer pour de l’outrecuidance de la part d’un possédant. Il reste à Emmanuel Macron à apprendre à faire président. Cela devient urgent. Marine Le Pen est à l’affût. Elle a gagné plus de départements et de régions que lui. S’il couvre des zones moins peuplés, son maillage territorial est plus large que celui de son rival. Elle se heurte manifestement à un front du refus. Mais celui-ci est moins solide qu’en 2002. 

Le FN au sommet, c’est presque devenu "business as usual"

Olivier Mazerolle
Partager la citation

Sa qualification n’a pas fait sensation alors que celle de son père avait mobilisé contre elle des foules considérables dès le premier instant. Le FN au sommet, c’est presque devenu "business as usual". Il serait dommageable que les électeurs en arrivent à rejeter prioritairement ce qu’ils ressentiraient comme de l’indifférence à leur égard, plutôt que les risques représentés par la sortie de l’euro. La politique européenne de Marine Le Pen fait peur. François Hollande, comme d’autres, ont raison de sonner l’alerte. L’économie française a beaucoup à perdre dans cette aventure. Mais il ne faudrait pas que ces mises en garde justifiées apparaissent comme des avertissements de nantis désireux de conserver leurs avantages. Marine Le Pen ne désespère pas d’en convaincre les "nonistes" de 2005 qui n’ont jamais accepté que leurs votes aient été anéantis par la signature du traité de Lisbonne. 

Après le deuxième tour, viendront les législatives. Aussi bien à droite qu’à gauche, certains sont tentés de rejoindre Emmanuel Macron. Mais celui-ci refuse d’entrer dans des tractations qui détruiraient son image de candidat du renouveau. Il se déclare certain de réussir à constituer une majorité avec les postulants d’"En Marche", qui seraient pour moitié des inconnus. Le pari n’est pas injouable, mais il est osé. Les socialistes, et plus encore la droite, sont en mesure de présenter des candidats bien implantés dans leurs circonscriptions et parfaitement capables de l’emporter. Auquel cas, Emmanuel Macron, comme Marine Le Pen se trouverait en situation de devoir composer, ou même de se soumettre si la droite parvenait à conquérir la majorité. Le presque futur président se refuse à mettre les mains dans le cambouis de la mécanique politique. Pourtant, pour gouverner, il devra s’y résigner. Personne ne sait quelle sera son autorité à ce moment-là. La présidentielle 2017 est une élection à 4 tours.     

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants