1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La polémique du burkini cache "la réussite gouvernementale" selon Cambadélis
1 min de lecture

La polémique du burkini cache "la réussite gouvernementale" selon Cambadélis

Le premier secrétaire du Parti socialiste impute la faute aux Républicains et à Nicolas Sarkozy.

Jean-Christophe Cambadélis
Jean-Christophe Cambadélis
Crédit : XAVIER LEOTY / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Le Parti socialiste, persécuté par l'opposition à coups de burkini ? C'est le scénario émis par le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. "Un parti politique, les Républicains - même pas le FN -, instrumentalise une question réelle pour essayer de progresser dans les sondages", a-t-il affirmé vendredi 26 août sur l'antenne d'Europe 1. 

La polémique lancinante autour du burkini est pour lui un subterfuge visant à dissimuler l'efficacité d'un gouvernement qu'il défend corps et âme. "Parler d'islam permet d'éviter d'évoquer la réussite gouvernementale sur le chômage", a-t-il ainsi lancé. "L'offensive de Nicolas Sarkozy qui met au cœur de la primaire et de la présidentielle la question de l'islam n'est ni bonne pour la France, ni bonne pour la droite", estime Jean-Christophe Cambadélis, qui appelle le parti Les Républicains à désavouer Éric Ciotti après que ce dernier ait évoqué ce même 26 août, au micro de RTL, un "islam politique" ayant profité à François Hollande.

"La question de l'islam est une des questions posées à la France, elle ne doit pas être la question qui permet de ne pas poser le reste des problèmes" considère le premier secrétaire du PS, qui estime que "chacun doit pouvoir se baigner comme il le souhaite, à moins que ce ne soit une provocation". Reste à savoir ce que la justice identifie, ou non, comme une provocation.

Jean-Christophe Cambadélis a par ailleurs tenté de faire converger les points de vue de Najat Vallaud-Belkacem et de Manuel Valls qui, selon lui, "disent la même chose" à propos du burkini. La veille, pourtant, le Premier ministre recadrait sa ministre de l'Éducation, qui estimait quelques heures plus tôt qu'il conviendrait d'interrompre la "prolifération" des arrêtés anti-burkini.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/