3 min de lecture François Hollande

"La laïcité c'est une valeur, pas une doctrine", prévient Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - En février dernier, François Hollande déclarait que la laïcité n'était pas négociable. Ce n'est pas toujours si simple, prévient la journaliste.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"La laïcité c'est une valeur, pas une doctrine", prévient Alba Ventura Crédit Média : Alba Ventura | Durée : | Date : La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Enquête policière pour "fichage illégal" à Béziers, jupe trop longue d'une collégienne à Charleville-Mézières, proposition de loi la semaine prochaine sur la neutralité dans les crèches privées... Les questions de laïcité reviennent sur le devant de la scène. Il se dit que François Hollande prépare un grand discours sur le sujet d'ici l'été.

Il se dit surtout que le Président se fait porter en ce moment des notes, des formules et des mots pour nourrir sa réflexion sur la laïcité, ou plutôt sur la manière de vivre la laïcité en 2015. Cela fait deux ans et demi que François Hollande tourne autour de la laïcité, du vivre-ensemble et du pacte républicain.
Certains le poussent même à parler d"identité". Mais là visiblement, François Hollande a une petite réticence. Forcément, cela évoque l'échec du débat sur "l'identité nationale" de Nicolas Sarkozy. L'ancien Président avait même renoncé à son ministère de l'Identité nationale en cours de mandat. Il avait confié : "J'ai renoncé à l'identité nationale comme mots, parce que cela avait suscité des malentendus". Des malentendus, oui. Mais surtout cela n'avait rien réglé.

Il n'y a pas de piège de la laïcité

François Hollande redouterait-il lui aussi de se laisser prendre au piège du débat permanent sur la laïcité ? En fait, il n'y a pas de piège de la laïcité. Le piège, c'est la réactivité permanente vis-à-vis de la laïcité. La laïcité, c'est une valeur. Comme toutes les valeurs, elle doit être manipulée avec précaution.

Il n'y a pas un parti qui n'est pas traversé par les questions que suscitent la laïcité. D'autant plus qu'il y a des situations nouvelles qui surgissent. Preuve en est l'affaire de la jupe à Charleville-Mézières. Sur RTL lundi 4 mai, la ministre de la Famille Laurence Rossignol estimait que la proviseure avait eu "raison d'intervenir" et de mettre une limite à ce qui était jugé comme un signe religieux ostentatoire. Mais au PS et à gauche, certains se sont demandés s'il fallait vraiment exclure une élève en raison de sa jupe.

On ne sait plus par quel bout prendre la laïcité

Alba Ventura
Partager la citation
À lire aussi
Guy Bedos, lors d'un meeting de François Hollande en 2012 François Hollande
Mort de Guy Bedos : "Son humour parfois nous faisait mal", dit François Hollande sur RTL

La loi de 2004 sur le voile à l'école ne parlait pas de jupe longue. On n'en voyait pas à l'époque. Le texte parlait de voile islamique, de kippa et de croix un peu trop visible. Vous voyez qu'il y a à chaque fois des cas nouveaux. La laïcité interroge tout le temps. Parfois, on ne sait plus où l'on va.

D'ailleurs la ministre, questionnée sur RTL sur le voile à l'université, répondait : "Là il s'agit d'adultes. On ne va pas non plus mesurer la barbe des hommes !" On ne sait plus par quel bout prendre la laïcité.

Il y a un débat qui a agité l'UMP (mais aussi le PS) : celui sur les mamans voilées qui accompagnent les sorties scolaires. Gérald Darmanin, le maire UMP de Tourcoing, est contre le fait de leur interdire de porter le voile au nom de l'intégration. François Baroin, lui, est pour l'interdiction au nom de la neutralité.

Faut-il légiférer ou pas : la question demeure. Depuis le mois de janvier dernier, il y a eu huit propositions de loi sur la laïcité.

Ne pas hystériser la laïcité

François Hollande n'est pas prêt à légiférer sur la question de la jupe. Plus globalement, c'est plus compliqué. La semaine prochaine, la proposition de loi "Baby-Loup" arrive à l'Assemblée nationale. La procédure a duré quatre ans. Il s'agit de cette affaire de crèche privée et subventionnée dans laquelle une employée a été licenciée pour ne pas avoir voulu enlever son voile.

La loi qui sera débattue a été vidée de sa substance. On n'impose plus un principe strict de laïcité dans les crèches, mais les crèches peuvent apporter certaines restrictions. Disons que c'est plus souple. Mais il faut savoir que dans cette affaire, l'Église a été particulièrement active, notamment parce que certains parents reçoivent de la part des caisses d'allocation familiales des bons pour envoyer leurs enfant dans des camps scout.
  
Tout cela montre qu'il ne faut pas hystériser la laïcité. Attention à l'hystérie anti-jupe longue. Tout comme à l'hystérie anti-Jean Paul II (à Ploërmel en Bretagne, on va déboulonner la statue du pape au nom de laïcité). La laïcité c'est une valeur, pas une doctrine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Laïcité Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants