1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La députée REM Claire O’Petit s’en prend à Richard Ferrand
1 min de lecture

La députée REM Claire O’Petit s’en prend à Richard Ferrand

La députée de l’Eure a remis en cause le rôle du président du groupe REM à l’Assemblée.

Richard Ferrand, président des députés REM, à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017.
Richard Ferrand, président des députés REM, à l'Assemblée nationale le 5 juillet 2017.
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Claire O’Petit n’a eu besoin que de quelques semaines pour démontrer qu’elle n’avait pas sa langue dans sa poche. Après sa sortie polémique sur la baisse des APL, la députée de la la 5ème circonscription de l'Eure refait aujourd’hui parler pour avoir remis en cause le président de son groupe parlementaire, l’ancien secrétaire d’État Richard Ferrand.

Elle lui reproche de ne pas avoir correctement dirigé le groupe de la majorité parlementaire au moment de l’élection surprise de Thierry Solère à questure de l’Assemblée, aux côtés de deux membres de La République en Marche. Ces postes clé devaient normalement être répartis entre la majorité et l'opposition, représentée par Éric Ciotti. Pour Claire O’Petit, ce manquement aux règles tacites de l’Assemblée s’explique en grande partie par le fait que Richard Ferrand ait été "extrêmement défaillant".

Des néophytes mal encadrés ?

"Il y avait deux personnes LR que nous devions élire pour les questures et il n’y a pas eu de préparation avant, contrairement à ce qu’on peut nous dire", a-t-elle lâché à l’occasion d’un passage dans l’émission Les Grandes Gueules, mardi 15 août sur RMC. "Nous avions le choix entre [Eric] Ciotti et [Thierry] Solère. Et là, nous n’avons absolument pas pris le temps de parler politiquement de ce qui allait se passer si nous ne votions pas pour un Républicain", explique-t-elle, avant d’ajouter : "et là Richard Ferrand ne nous a pas réuni pour nous 'attention, politiquement, voilà ce qui va se passer'".

"Là, Ferrand n'a absolument pas été la hauteur. On s'est tous retrouvés dans les couloirs en se demandant ce 'qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qu’on fait ?' Nous nous sommes réunis dans une salle, certains étaient déjà au bar. C'était une catastrophe", raconte Claire O’Petit. Si la députée indique que les choses se sont améliorées par la suite, l’intéressé appréciera certainement ces remarques.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/