1 min de lecture UMP

L'UMP ne gagnera pas "en allant à droite toute" selon Bussereau

Le député UMP Dominique Bussereau juge que son parti ne s'en sortira pas en prônant une orientation "à droite toute". Il préconise plutôt le rassemblement sur "une ligne modérée".

Dominique Bussereau (UMP), canton de Royan est en ballottage très favorable face à Thierry Rogister et Sophie Garnier (Front national)
Dominique Bussereau (UMP), canton de Royan est en ballottage très favorable face à Thierry Rogister et Sophie Garnier (Front national) Crédit : AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

"Nous devons absolument rassembler toute la droite et tout le centre, sinon on ne passera pas la barre du second tour à la présidentielle", estime le député UMP Dominique Bussereau dans un entretien au Figaro de ce mardi 19 août.

Selon lui, "on gagne toujours avec la droite et le centre, pas en allant à droite toute". Et de marteler : "Il ne faut laisser personne de côté et rassembler sur une ligne modérée".

Bussereau contre la "droitisation"

Alors que son collègue Laurent Wauquiez a prôné ce week-end un renouveau de l'UMP sur des "valeurs de droite" assumées et tranchantes, Dominique Bussereau souhaite une primaire présidentielle commune à la droite et au centre : "il n'y a pas d'autre moyen pour gagner en 2017", juge-t-il. Ce proche de Jean-Pierre Raffarin, un des trois ex-Premiers ministres qui dirigent provisoirement le Mouvement, redoute que vienne à s'imposer "la tentative de droitiser l'UMP".

La ligne la plus dure nous a emmenés dans le mur dans la deuxième partie du quinquennat Sarkozy et a causé la perte de toutes les élections locales et de la présidentielle.

Dominique Bussereau
Partager la citation

La Droite forte (sarkozystes) arrivée en tête lors du précédent congrès "a sa place" mais "il ne faut surtout pas qu'elle l'emporte", estime l'élu de Charente-Maritime. "La ligne la plus dure nous a emmenés dans le mur dans la deuxième partie du quinquennat Sarkozy et a causé la perte de toutes les élections locales et de la présidentielle", fait valoir l'ex-ministre des Transports.

À lire aussi
Jean-Claude Gaudin le 7 avril 2015 au Sénat. Jean-Claude Gaudin
Jean-Claude Gaudin placé sous le statut de témoin assisté

Quand à l'ancien président, "s'il revient pour la présidence de l'UMP", soumise au vote des militants le 29 novembre, "et pour 2017, il doit être capable de rassembler l'ensemble de la famille UMP, le centre, des déçus de François Hollande, et des électeurs qui se sont fourvoyés au FN", affirme Dominique Bussereau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
UMP Laurent WAUQUIEZ Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants