1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "L'Islam est en France pour y rester" assure Manuel Valls
2 min de lecture

"L'Islam est en France pour y rester" assure Manuel Valls

Le Premier ministre a appelé lundi lors de la première instance de dialogue entre l'État et les représentants de l'Islam à un "combat des consciences" pour montrer la "réalité" de l'islam en France

Le Premier ministre Manuel Valls le 6 juin 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls le 6 juin 2015.
Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Manuel Valls a appelé à un "combat des consciences" pour montrer la "réalité" de l'islam en France
00:02:06
La rédaction numérique de RTL & AFP

Face aux quelques 120 personnes rassemblées ce lundi 15 juin au ministère de l'Intérieur pour la première séance de l'"instance de dialogue", forum d'échanges entre les représentants des musulmans et les pouvoirs publics, Manuel Valls à un "combat des consciences" pour montrer la "réalité" de l'islam en France, qui est dans le pays "pour y rester".

Soulignant la "curiosité et l'intérêt" que suscite l'islam en France, le Premier ministre a aussi évoqué les "inquiétudes" que l'islam peut susciter, tout en appelant à ne pas les "exagérer", ni "camoufler", citant le "risque de l'exploitation politique". "L'islam suscite encore des incompréhensions, des a priori, du rejet chez une partie de nos concitoyens, des amalgames dont vous êtes victimes". "Or l'islam est en France pour y rester. C'est la deuxième religion de notre pays. Il faut donc mener le combat des consciences, et faire jaillir au grand jour ce qu'est la réalité de l'islam de France. Et pour gagner ce combat, c'est à chacun de prendre ses responsabilités", a-t-il dit.

Faire la démonstration pour le monde entier que la France et l'islam sont pleinement compatibles, que l'islam s'épanouisse dans notre pays

Manuel Valls

Manuel Valls a notamment appelé son auditoire à "nommer l'ennemi", évoquant les groupes jihadistes et l’extrémisme radical. "Il faut le dire, tout cela n'est pas l'islam", a lancé le chef du gouvernement, évoquant "les discours de haine, l'antisémitisme qui se cache derrière l'antisionisme et la haine d'Israël, les prédications funestes, les imams autoproclamés qui dans nos quartiers, nos prisons, font l'apologie de la violence, du terrorisme, qui participent de cette entreprise criminelle, qui font partir des centaines de jeunes au jihad".

Il s'agit de "faire la démonstration pour le monde entier que la France et l'islam sont pleinement compatibles, que l'islam s'épanouisse dans notre pays". Défendant une laïcité qui permet de "rassembler, unir, faire vivre ensemble, protéger", Manuel Valls a également pris la défense des musulmans français face aux "amalgames" dans le sillage des attentats jihadistes de janvier en France. "Je ne veux plus qu'on se sente accusé d'être complice d'actes, qu'on n'a jamais voulus, ni soutenus bien sûr!" a dit le Premier ministre.

"Une instance nécessaire"

À écouter aussi

"Aujourd'hui, la situation appelle une attention nouvelle des pouvoirs publics. Cette instance nécessaire est pour nous l'occasion d'exprimer notre malaise face aux amalgames", a souligné dans un discours le président jusqu'au 30 juin du Conseil français du culte musulman (CFCM), Dalil Boubakeur. Des soufis tenants d'un islam mystique aux prédicateurs rigoristes du Tabligh en passant par l'élite plus ou moins conservatrice des Frères musulmans, des "blédards" (nés à l'étranger) aux convertis, un grand éventail de sensibilités et de profils est représenté.

"Tous ensemble, inch'Allah, nous sommes très heureux de pouvoir évacuer nos axes de malaise et de frustration et esquisser nos solutions pour nos pratiques religieuses", a ajouté le recteur de la grande mosquée de Paris.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/