1 min de lecture Gouvernement

L'ex-comptable des Bettencourt corrige ses déclarations à Mediapart

Un peu de répit pour Eric Woerth ! L'ex-comptable de l'héritière de L'Oréal, à nouveau entendue par la police mercredi soir, est partiellement revenue sur certaines de ses déclarations au site d'information Mediapart.fr. Claire Thibout, à l'origine d'une tourmente politico-judiciaire autour du ministre du Travail et de l'Elysée, aurait démenti devant les enquêteurs avoir dit que Nicolas Sarkozy recevait des enveloppes d'argent en espèces des Bettencourt chez eux entre 1983 et 2002, à l'époque où l'actuel chef de l'Etat était maire de Neuilly-sur-Seine. Si elle confirme la scène de remise de 50.000 euros en espèces à ses employeurs, il n'est plus question du 26 mars 2007. L'avocat de la milliardaire, Me Georges Kiejman, s'est appliqué, jeudi devant la presse, à démonter point par point toutes ces accusations.

Georges Brenier et Jean-Alphonse Richard

De son côté, le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant affirme que "la vérité est rétablie", après la diffusion de nouvelles déclarations de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt selon lesquelles Nicolas Sarkozy n'aurait pas reçu d'"enveloppes" d'argent liquide de sa part. 

Claire Thibout a de nouveau été entendue jeudi après-midi à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Selon le site Internet du "Monde" (Lire l'article), elle a en particulier démenti devant les enquêteurs avoir dit que Nicolas Sarkozy recevait des enveloppes de la milliardaire. Son avocat, Antoine Gillot, a cependant dit qu'il ne pouvait confirmer ce démenti dans l'immédiat faute d'avoir pu parler à sa cliente et a dénoncé des "pressions" du parquet. François Bonnet, rédacteur en chef de Mediapart, assure avoir "scrupuleusement retranscrit" ses propos.

Me Georges Kiejman a assuré jeudi que "rien n'établit" que l'héritière de L'Oréal "fasse du financement politique" illégal et a remis en cause la "crédibilité" de Claire Thibout. L'avocat de Liliane Bettencourt, qui affirme être en possession d'une photocopie des "carnets de cuisine" dans lesquels étaient consignés les retraits en espèces effectués pour le compte de la famille Bettencourt en 2006, 2007 et 2008, a assuré que leur examen montrait qu'il n'y avait pas de financement politique.

Dans un entretien au magazine "Elle" paru jeudi, Françoise Bettencourt-Meyers affirme qu'une "machination a été mise en place" pour déstabiliser sa famille, accusant l'artiste François-Marie Banier de l'avoir coupée de sa mère qu'elle dit vouloir protéger. La fille de la milliardaire dément les accusations selon lesquelles elle serait à l'origine des enregistrements clandestins de conversations entre sa mère et son entourage: "Je veux réaffirmer avec force que je ne suis en aucun cas à l'origine de ces écoutes et que je n'ai donné d'argent à personne, ni pour les réaliser, ni pour me les donner".

Ecoutez aussi :

- Les carnets de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt entre les mains des enquêteurs
- Affaire Bettencourt : Florence Woerth veut être entendue "dans les meilleurs délais"
- Woerth va porter plainte contre X pour "dénonciation calomnieuse"
- Alain Juppé appelle à "remettre le gouvernement en situation de gouverner"
- Affaire Bettencourt : nouvelle enquête judiciaire sur les accusations contre Woerth
- Affaire Bettencourt : "Nous ne céderons pas à cette agitation", promet Fillon

Lire la suite
Gouvernement Politique Affaire Bettencourt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants