1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'Élysée n'exclut pas de remplacer François Bayrou
1 min de lecture

L'Élysée n'exclut pas de remplacer François Bayrou

INFO RTL - Selon un proche, Emmanuel Macron n'aura "aucun scrupule" à évincer son ministre et réfléchirait même à un possible plan B.

François Bayrou, président du MoDem
François Bayrou, président du MoDem
Benjamin Sportouch : l'Élysée n'exclut pas de remplacer François Bayrou
01:18
L'Élysée n'exclut plus de se séparer de François Bayrou
00:57
Benjamin Sportouch & Eléanor Douet

Le garde des Sceaux, François Bayrou, agace Matignon et l'Élysée. Il s'est plaint auprès de journalistes qui enquêtaient sur l'affaire des emplois fictifs qui vise le MoDem. Édouard Philippe l'a appelé à la réserve : "Quand on est ministre, on ne peut plus réagir comme un simple citoyen", a lancé le Premier ministre, mardi 13 juin. 

"Chaque fois que j'aurais quelque chose à dire, je le dirai", lui a répondu François Bayrou. Le centriste qui avait rallié Emmanuel Macron pendant la campagne se sent visiblement invincible, et pourtant il n'est plus tout à fait intouchable, selon les informations de RTL.

Emmanuel Macron n’a pas l’intention d’intervenir, ce n’est pas son rôle, estime l’Élysée. C’est donc au Premier ministre de gérer ce différend avec son ministre de la Justice. Mais dans les faits, le chef de l’État suit la situation de près et si François Bayrou devient trop gênant, il n’aura aucun scrupule, explique l’un de ses proches. Il serait même en train de réfléchir à un possible plan B, un remplaçant, affirme un autre ami du Président.

La règle est certes identique pour tous les ministres, seule une mise en examen vaut une exclusion immédiate du gouvernement. "François Bayrou fait de la vieille politique", juge un proche d’Emmanuel Macron et le Président n’aime pas ça.

À lire aussi

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, a assuré mercredi que "la situation est totalement pacifiée" entre Édouard Philippe et François Bayrou. "Il n'y a pas de tension particulière à l'heure qu'il est, il n'y a eu aucun échange particulier qui pourrait faire état d'une tension, a-t-il ajouté. Personne n'est lâché, à commencer par le garde des Sceaux mais aussi les autres personnalités qui sont au Conseil des ministres".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/